CAMPECHE : Journée d’Actions contre la privatisation de l’électricité et pour la libération des prisonierEs et en solidarité avec le Syndicat Mexicain des Electriciens

Bulletin de Presse

cartelpresoscomprimido(2)

Réseau National de Résistance Civile contre les Tarifs Elevés de l’Electricité

Face à l’escalade répressive du gouvernement illégitime de Felipe Calderon qui s’est manifestée par le décret de liquidation de Luz y Fuerza del Centro, qui a clairement pour but de donner au secteur privé la production et la distribution de l’électricité.

Face à l’attaque contre le Syndicat Mexicain des Électriciens, qui est un coup porté au syndicalisme démocratique

Face à la persécution croissante, le harcèlement et l’emprisonnement de membres de la résistance civile contre les tarifs élevés de l’électricité à Campeche, au Chiapas, à Oaxaca et à Veracruz, qui démontre la stratégie de criminalisation de la pauvreté et des luttes sociales et des droits humains.

Face à la nécessité d’actions coordonnées qui rendent visibles et dénonces l’arbitraire et les injustices des gouvernements et qui positionnent clairement les mouvements sociaux en faveur de la défense des droits de humains fondamentaux.

Le réseau national de Résistance Civile contre les Tarifs Élevés de l’Électricité, dont font partis des mouvements et des organisations de Campeche, Chiapas, Chihuahua, District Féderal, Guerrero, Nayarit, Oaxaca et Veracruz

Appel à la journée de Lutte contre la privatisation de l’électricité, pour la libération des prisonnières et prisonniers politiques et en solidarité avec le Syndicat Mexicain des Électriciens.

Resistencia civil contra las altas tarifas de luz de Candelaria, Campeche; Resistencia civil indígena y popular contra las altas tarifas de luz del Sur de Veracruz; Comité de campesinos pobres, Chiapas; Red de resistencia civil “la voz de nuestro corazón”, Chiapas; Ucizoni, Oaxaca; Grupo solidario La Venta, Oaxaca; Col. Magisterial y popular 14 de Junio, Juchitán, Oaxaca; Comunidad de Xhadani, Oaxaca, Ejido Cosoleacaque, Veracruz; El Cortamortaja, Oaxaca; Movimiento civil ciudadano de Salina Cruz, Oaxaca, Radio Tekuanij, Radio Aamay-iyoltokniwan,

Déclaration du  6 de Novembre  2009

Réseau nationale de résistance civil contre les tarifs élevés de l’électricité

Le coup d’État contre Luz y Fuerza del Centro (LFC) et son syndicat, le syndicat mexicain des électriciens (SME), caractérisé par son combat pour la défense des droits des travailleurs et des luttes des peuples ainsi que pour son nationalisme à travers la défense de l’énergie électrique pour les mexicains et mexicaines et non pour les entreprises étrangères, représente un nouveau attentat contre nos droits les plus élémentaires. De plus, l’augmentation de la TVA et des autres impôts, génèrent une souffrance encore plus forte pour les familles mexicaines.

Le gouvernement de Felipe Calderon tente vilement de tromper le peuple mexicain avec ses mensonges constamment diffusés par Televisa, TV Azteca et d’autres grandes entreprises médiatiques, mais le peuple mexicain ne se laisse plus tromper si facilement, nous en avons assez de tant d’insolence et d’ impositions,

La disparition de Luz y Fuerza del Centro et la transmission du système électrique du centre du pays à la CFE (Commission Fédérale d’Electricité)  est une nouvelle mesure de l’État mexicain pour s’assurer de la remise de notre patrimoine énergétique au grand capital étranger, car la CFE a laissé dans tout le pays 47% de l’énergie électrique être privatisée. Si nous permettons l’imposition  de cette nouvelle agression totalement illégale et inconstitutionnelle, nous pouvons dire définitivement adieu à l’énergie électrique en tant que service publique de la Nation, que nous sommes sensée être et nous devrons affronter les conséquences de la privatisation de l’énergie. Beaucoup de familles seront privées d’électricité car elles ne pourront plus payer les tarifs trop élevés des entreprises étrangères.

Ils continuent à réprimer notre mouvement de résistance civil contre les tarifs élevés. Ce mouvement  défend une électricité aux mains du peuple. Ils ont arrêté, harcelé, frappé et persécute nos compagnons de Campeche, d’Oaxaca, mais aussi de Veracruz et d’autres États de la République, Dernièrement ils n’ont pas eut de cesse de coupé  l’électricité de la municipalité de Candelaria, Campeche,

Nous avons toujours lutté pour la libération de nos compagnons et compagnes prisonnierEs de Candelaria, Campeche, depuis le 10 juillet dernier quand ils furent injustement arrêtés pour  le délit inventé ( comme cela fut le cas de Doña Jacinta, tant relayé par les moyens de communication)  de séquestration d’un fonctionnaire publique de la CFE. Nos avocats, ont suivi la procédure légale, mais il est évidant que les juges et les magistrats, sont totalement sous le contrôle de l’État, validant de faux témoignages dans lesquelles, tous les témoins de la CFE récitent par coeurs  les mêmes mots. Nous avons diffusé le cas dans la presse et dans les centres des droits de l’Homme nationaux et internationaux comme Amnistie Internationale et aux rapporteurs de l’ONU. Nous nous sommes mobilisés dans les différents Etats du pays, à Campeche et au District Fédéral. Nous avons ouvert des canaux de communications avec le gouvernement étatique et fédéral, avec le Congres de l’Union , avec la CFE et la PGR (Procure Générale de la République) pour exiger la libération de nos compagnes et compagnons prisonnierEs politiques, qui n’ont commis d’autre délit que celui de défendre les droits de notre peuple.

Grâce a tout cela nous avons réussi à libérer deux des prisonniers  et nous continuons la lutte pour la libération des trois qui restent toujours enfermés dans la prison de Koben à Campeche:  Sara López, Joaquín Aguilar et Guadalupe Borjas.

A Ixtepec, Oaxaca, nous avons cinq compagnons poursuivis et cachés, contre qui on été émis des ordre d’appréhension suite à l’enquête préliminaire PGR/OAX/073/2009, à cause  encore d’un délit inventé : séquestration d’un fonctionnaire public de la CFE. : René Núñez Girón, Sonia Aguilera Ríos, Horacio Antonio Hernández, Miguel Ordaz Cabrera et Artemio Zarate Santiago.

Dans la communauté de Xadani, municipalité d’Oaxaca, nous avons 6 compagnons qui ont fait l’objet d’enquêtes préliminaires PGR/OAX/MR/88/2009 y PGR/OAX/MR/97/2009, Javier Balderas Castillo, Filiberto Vicente Aquino, Maribel González Pedro, Alejandro López López, Babel Santiago Jiménez et Emilia López Sarabia pour une supposée obstruction à des travaux  publiques ( avoir empêché la CFE de couper l’électricité  dans la communauté ). Ces compagnons , parmi eux la compagne Emilia qui était enceinte, ont été agressés et frappés par la police qui accompagnait la CFE.

Nous vous informons que nous ne nous laisseront pas  intimider. Nous allons renforcer nos processus organisationnels  régionaux et nationaux, nous allons continuer la résistance pour exiger des tarifs d’électricité plus justes, pour défendre nos droits en tant que peuples indigènes, nous n’allons pas arrêter notre lutte tant que nos compagne et compagnons ne seront pas libre. Et nous allons continuer à défendre une énergie électrique aux les mains du peuple,  cela signifie, en ce moment de grande crise politique , économique et sociale que vit notre pays à la veille de l’année 2010, une solidarité totale avec le syndicat mexicains des électriciens. Avec eux, nous coïncidons sur le fait que les puissants « ne se sont pas gênés pour déclarer la guerre aux travailleurs et au peuple, pour  placer le pays dans dans l’antichambre d’une confrontation sociale et politique sans commune mesures »

Ensemble avec les travailleurs du Syndicat Mexicain d’électriciens, nous exigeons:

1.- La libération de nos compagnons et compagnes prisonnierEs politiques de Campeche
2.-Le retrait des plaintes de la CFE contre nos compagnons d’Ixtepec et Xadani, Etat de Oaxaca et de Cerrito Colarado, Etat de Queretaro
3.-La libération de nos compagnons prisonnierEs d’Atenco et de tout le pays
4.-L’arrêt immédiat des coupures d’électricité à Candelaria, Campeche
5.-Un tarif sociale juste de l’énergie électrique
6.-L’accomplissement des accords de San Andrés et le respect de l’autonomie et de tous les droits des peuples indigènes
7.-L’abrogation immédiate du décret de liquidation de Luz y Fuerza del Centro et la sortie des forces policières et militaires des centres de travail des électriciens
8.-Pas d’impôts pour les travailleurs et le peuple mexicain, nous voulons plus de salaire
9.-La révocation du mandat de Felipe Calderón Hinojosa et de Javier Lozano Alarcón.

Ensemble avec nos compagnons de Moremos et d’Oaxaca, nous manifestons notre colère et indignation pour les lâches assassinats le 31 octobre et 1er novembre des compagnons Miguel Angel Perez Casales, indigène nahua du Conseil des villages de Morelos  et Héctor Antonio Ramírez Paz, indigène triqui membre de la municipalité Autonome de San Juan Copala.

Nous exigions justice et que les coupables soient punis.

Non à la vente du pays et de l’énergie électrique aux entreprises étrangères !

Pour la défense de la souveraineté nationale et l’autonomie des peuples!

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :