Manifestation internationale de solidarité avec les Zapatistes et le EZLN du 12 au 21 mars.

Résumé des actions réalisées en Europe sur : http://www.europazapatista.org/?Resumen-actividades-en-Europa

Manifestation internationale de solidarité avec les Zapatistes et le EZLN du 12 au 21 mars.

« Les zapatistes ne sont pas seuls »

« Prisonnier-e-s qui luttent, liberté »

« Halte aux agressions au Chiapas »

« Vive le EZLN »

Convocation pour une semaine ( 12-21 mars) d’activités en Europe.

Depuis l’Europe solidaire, unissant notre voix avec des compagnes et compagnons des collectifs, organisations et individu-e-s de l’Autre Campagne, de la Campagne « En Premier Nos Prisonnier-e-s » et du Réseau Contre la Répression et pour la solidarité, nous soutenons la manifestation nationale et internationale de solidarité avec les bases d’appui Zapatistes qui convoquent pour le 20 mars.

Nous lançons la convocation pour une semaine d’actions en solidarité avec les communautés Zapatistes du 12 au 21 mars 2010 à toutes les personnes et collectifs européens qui, d’en bas et à gauche, veulent promouvoir leurs protestations et/ou soutenir ce manifeste afin de rendre visible notre solidarité, pour qu’il soit clair aux yeux des mauvais gouvernements et des agresseurs que les zapatistes ne sont pas seuls !

Manifeste

En cette année 2010, le capitalisme sauvage continue à marquer le monde entier de sa cupidité et de sa violence, à nous emporter dans des crises et des collapsus économiques et sociales, frappant toujours les mêmes : migrant-e-s, ouvrier-e-s, femmes, paysan-nes, indigènes. Ceux d’en bas .

Nous vivons en Europe et d’ici nous résistons, nous essayons de vivre avec dignité et de récupérer ce qui est à nous . Nous partons de notre manière d’agir quotidienne, de notre créativité, et de notre inconformité face à ce qu’ils nous imposent : nous savons que nous pouvons construire d’autres manières, d’autres mondes où il y a de la place pour tou-te-s.

En 2010 au Chiapas , le capitalisme frappe fort. Des entreprises sans scrupule et des gouvernements avares marchent main dans la main, calculant les profits qu’ils pourraient obtenir de la destruction et de la pollution de la fabuleuse biodiversité naturelle en passant par la commercialisation et la certification des colorants et de la richesse culturelle des peuples indiens. Tout cela pour leur luxe particulier.

2010 c’est les 100 ans de la révolution mexicaine. Et comme il y a 100 ans, c’est ceux sont d’en bas qui sont asphyxiés par ces plans capitalistes : migrant-e-s, ouvrier-e-s, femmes, paysan-nes, indigènes.

C’est aussi les 16 ans du soulèvement zapatiste. Les zapatistes se sont montrés au monde le 1 janvier 1994 pour nous rappeler que tous et toutes avons le droit à tout, qu’il est possible de construire des alternatives entre nous tous et toutes et que ne mourra pas la fleur de la parole.

Depuis, les zapatistes ont développés dans leurs communautés des systèmes différents , de santé , d’éducation, de commerce, de justice, de culture, d’ agriculture, etc. Les zapatistes sont, jour après jour , le gouvernement et le territoire autonome et autogéré le plus grand, le plus ancien et le plus solide de ce siècle. Les zapatistes , nos compagnons et compagnes, nous montrent continuellement qu’une vie sans capitalisme est possible, une vie construire collectivement pour le collectif.

Cependant en 2010, l’Etat du Chiapas n’est pas seulement touché dans l’économique et le social. Bien que l’autonomie zapatiste continue d’avancer pour tous et à tous les niveaux, les mauvais gouvernements fédéral et des Chiapas ne cessent d’attaquer et de menacer la continuité de cette alternative. Les agressions et les cas de violences sont nombreux (San Sebastián Bachajón, Mitztón, Bolom Ajaw, etc.).

Agressions, harcèlements et menaces s’ajoutent à la libération des paramilitaires d’Acteal, auteurs du massacre. Ainsi que réarmement et la reconstitution , plus forte et avec plus de moyens, de groupes paramilitaires formés , entraînés et financés par le gouvernement mexicain. De plus , dans ce climat de totale impunité ils acharnent leurs attaques sur les bases d’appui zapatistes . Et comme si ce n’était pas suffisant , les zapatistes sont confrontés en plus à une campagne médiatique du gouvernement du Chiapas, qui veut que les assemblées du bon gouvernement, les caracoles, s’intègrent dans l’Etat et disparaissent. Un gouvernement qui dit respecter les droits des peuples indigènes pendant qu’il emprisonne et tue les dissidents sociaux et applaudit à la libération des paramilitaires.

Un gouvernement qui met en marche des routes, des projets «  d’écotourisme » , des barrages, « des programmes sociaux » et des réserves de biosphère sans consulter les communautés, sans respecter sa parole. Un gouvernement qui se développe par la violence , qui menace et harcèle, qui nie les droits civils, et qui vend ses actions pour des projets de développement : fait plus de violence, moins de droits dans le Chiapas.

Depuis l’Europe nous voulons manifester que les zapatistes ne sont pas seuls.
Pendant cette semaine, en Europe et dans bien d’autres lieux de la planète, nous tendons un pont jusque dans le Chiapas et nous envoyons une accolade solidaire aux communautés zapatistes en résistance . nous savons qu’ensembles nous pouvons nous émanciper des tous puissants et suivre notre chemin ensemble, autonomes et différents jusqu’à un monde où il y de place pour tous et toutes.

Aux mauvais gouvernements , nous n’exigeons rien car nous ne les reconnaissons pas.

Aux personnes et collectifs d’en bas à gauche, une invitation à constater que nous pouvons vivre sans capitalisme, et à ne pas perdre l’espoir ni le sourire, à créer d’autres mondes, d’autres manières.

Aux zapatistes, force et santé pour continuer la lutte .

Et le promesse d’une danse : la notre , celle de la victoire .
¡Basta de agresiones y hostigamientos a las comunidades Zapatistas! ¡Alto
a la impunidad!

¡Ejército y paramilitares fuera de Chiapas!

¡Muera la muerte! ¡Adelante las que luchan!

¡Viva el Ejército Zapatista de Liberación Nacional!

Convocan:
Caracol Zaragoza, red de personas por la autonomía zapatista
(Aragón-estado español)
Colectivo ALANA (Grecia)
Fuga em Rede (Galiza-estado español)
Grupo Les trois passants (París-Francia)
Confederación General del Trabajo-CGT (estado español)
Gruppe B.A.S.T.A. (Alemania)
Unión Mexicana Suiza-UMES (Zurích-Suiza)
Caracol Mundo-eco de latido en solidaridad (Viena-Austria)
Grupo IRU (Madrid- estado español)
Centro de Documentación sobre Zapatismo-CEDOZ (Madrid-estado español)
Asociacion Ya Basta-Coordinamento Toscano di solidarietà con gli zapatisti (Italia)
Colectivo Zapatista Marisol (Lugano-Suiza)
Plataforma de Solidaridad con Chiapas-PLATA (Madrid-Estado Español)
Comité de Solidaridad con los Pueblos – Interpueblos Cantabria (Estado Español)

Apoyan:
Biblioteca Frida Kahlo (Aragón-estado español)
Comando Cucaracha (Aragón-estado español)
« Bato Loko » & la « Revolu-soN »-producciones independientes (México)
Komando Güebo (Aragón-estado español)
Coordinadora Antifascista de Zaragoza (Aragón-estado español)
Asamblea de Okupas de Zaragoza (Aragón-estado español)
Red de apoyo a sin papeles (Aragón-estado español)
Stonewall (Aragón-estado español)
Red Libertaria Apoyo Mutuo (estado español)
Ecologistas en Acción (Aragón-estado español)
Towanda (Aragón-estado español)
Distribuciones Genosas (Aragón-estado español)
D-generadas, lasdel8 y etal (Aragón-estado español)
Colectivo de Objeción y Antimilitarismo de Zaragoza (Aragón-estado español)
Asociación Vecinal de la Madalena « Calle y Libertad » (Aragón-estado español)
Colectivo Pedalea (Aragón-estado español)
Asoziazión Cultural Nogará Religada (Aragón-estado español)
Colectivo Mala Raza (Aragón-estado español)
Plataforma Antifascista Universitaria (Aragón-estado español)
Xarxa d’Intercanvi de Coneixements de Nou Barris (Nou Barris, Barcelona)
Xarxa d’Intercanvi de Sants (barrio de Sants, Barcelona)
Universitat Lliure de Sants (barrio de Sants, Barcelona)
La Reus, Cultural i Solidària per la Pau (Reus, Catalunya-Països Catalans-Europa)
Colectivo Nodo Solidale (Italia)
Asociación de Apoyo y Seguimiento a Presos y Presas de Aragón-ASAPA (estado español)
Ateneu Llibertari de Sants (barrio de Sants, Barcelona)

Traduction : Djaya.

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :