Les 12 prisonniers d’Atenco sont libres !

Le 22 octobre 2001, le gouvernement fédéral décrète l’expropriation de 11.500 hectares, parmi lesquels 5.400 sont des terres productives appartenant à Atenco, en offrant en compensation 7,20 pesos par mètre carré. Le projet était la construction du nouvel aéroport international de la ville de Mexico, violant ainsi les droits naturels et sociaux des communes à décider de l’usage d’un territoire qui leur a toujours appartenu.

Le Frente de Pueblos en Defensa de la Tierra (FPDT, Front communal en défense de la terre) s’est organisé et a décidé de défendre leur territoire.

Finalement, le 2 août 2002, le gouvernement se vit forcé d’abroger le décret d’expropriation qui n’avait jamais démontré son utilité publique et annula le projet d’aéroport.

5 avril 2006 : L’Autre Campagne passe par Atenco et le FPDT adhére à la Sixième Déclaration de la forêt Lacandone.

2 mai : Une table de négociation se tient au bureau du sous-procureur de l’État de Mexico avec les autorités de l’État au sujet du respect au droit du travail des fleuristes des villages de Texcoco. Ceux-ci avaient été violemment expulsés de leur marché quelques mois auparavant et avaient demandé l’aide du FPDT. Ce jour-là, un accord fut passé permettant la vente de fleurs pour les 3, 10 et 15 mai et ordonnant aux policiers gardant le marché de se retirer.

3 mai : À 5 heures du matin, les fleuristes accompagnés du FPDT se présentèrent au marché de Texcoco mais le gouvernement de l’État n’avait pas tenu parole. Ce furent des centaines de policiers qui provoquèrent des affrontements et arrêtèrent des membres du FPDT et des fleuristes.

4 mai : Le lendemain, ce furent 3 500 policiers puissamment armés qui envahirent Atenco. Ils réalisèrent des arrestations arbitraires et enlevèrent plus de 200 personnes dont des mineurs et des personnes âgées. Les gens arrêtés furent torturés et les femmes violées.

Bien des actions ont été menées pour libérer toutes et tous les prisonnières et prisonniers politiques d’Atenco. Douze personnes étaient encore emprisonnées qui purgeant des peines qui vont de 31 ans, pour neuf d’entre elles, à 67 ans et 6 mois pour Felipe Alvarez Hernandez et Hector Galindo et jusqu’à 112 ans pour Ignacio del Valle, enfermés dans une prison de haute sécurité. Et il reste encore des personnes avec des mandats d’arrêt.

Après 4 ans et 1 mois de mobilisation populaire et de recours légaux, aujourd’hui mercredi 30 juin 2010 à 13h00 la Cour Suprême de Justice de la Nation a voté la liberation des 12 prisonniers du FPDT.

Jorge Alberto Ordóñez Romero, Román Adán Ordóñez Romero, Alejandro Pilón Zacate, Juan Carlos Estrada Cruces, Julio César Espinoza Ramos, Inés Rodolfo Cuellar Rivera, Edgar Eduardo Morales Reyes, Óscar Hernández Pacheco et Narciso Arellano Hernández ont été libérés le 30 juin 2010.

Ignacio del Valle Medina, Felipe Álvarez Hernández, Héctor Galindo Gochicoa ont été libérés le 1er juillet 2010.

La lutte continue !

Pus d’informations sur Atenco.

Blog du FPDT.

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :