Liberté pour les prisonniers de San Sebastian Bachajon, Chiapas


La Municipalité de San Sebastian Bachajon et d’autres comme Montes Azules et Mitziton sont menacées par un méga-projet touristique nommé Centre Intégralement Planifié Palenque-Agual Azul (CIPP). Ce projet prévoit : l’extension de l’aéroport de Palenque pour répondre aux normes internationales, la construction d’une autoroute entre les deux villes touristiques de San Cristobal de la Casas et Palenque, la construction d’hôtels et d’un train éco-touristique. Le CIPP affectera un nombre important de communautés zapatistes et de l’Autre Campagne.

L’assemblée de la communauté de San Sebastián Bachajón qui fait partie de l’Autre Campagne s’est toujours opposée aux projets néo-libéraux qui les expulsent de leurs territoires et impliquent la destruction des ressources naturelles.

En exerçant leur autonomie, les adhérentEs de l’Autre Campagne de San Sebastian Bachajon administrent le guichet d’entrée des Cascades de Agua Azul car il s’agit de leur terre, l’argent récolté du guichet sert aux besoins de la collectivité, cependant les tentatives d’expulsions ont été constantes et ils ont été menacés de manière directe par la police et par les paramilitaires de l’OPPDIC.

C’est dans ce contexte que les ejidatarios et ejidatarias veillaient sur la terre et l’accès aux cascades depuis une petite installation attaquée le 2 février 2011 par les priistes et les paramilitaires, aidés en cela par les autorités priistes de Chilón. Dans les heurts un des agresseurs mourut, victime d’une balle tirée par ses propres compères.

Le 3 février lorsque les ejidatarios et ejidatarias de Bachajón se réunirent au niveau de l’entrée des cascades d’Agua Azul afin de s’accorder sur la réponse à donner au gouvernement de l’Etat par rapport à l’offre d’une table de dialogue entre les groupes en conflit, ils furent attaqués de manière traître par des centaines de policiers fédéraux, étatiques et des éléments de l’armée fédérale qui réalisèrent des détentions massives. 117 personnes furent détenues de manière arbitraire.

Le 5 février, 107 ejidatarios furent libérés et 10 compagnons furent transférés à la prison de Playas de Catazajá, sous les accusations d’homicide volontaire, tentative d’homicide, attentat contre la paix, l’intégrité corporelle et le patrimoine de l’Etat. Postérieurement grâce aux actions de nos compagnes et compagnons au Mexique et dans d’autres pays, cinq compagnons furent libérés, et restent donc emprisonnés:

Mariano Demeza Silvano (mineur, âgé de 17 ans)
Domingo Pérez Álvaro (membre de la comission de promotion)
Domingo García Gómez (membre du Conseil de Défense des Droits)
Juan Aguilar Guzmán (Trésorier principal)
Jerónimo Guzmán Méndez (ejidatario)

Vidéos sous-titrées en français et plus d’informations autour de San Sebastian Bachajon 

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :