Alberto Patishtán est de retour au Chiapas. La lutte continue !

Jeudi 26 juillet 2012, San Cristóbal de Las Casas

C’est une demi-victoire, mais c’est une victoire de tous et de toutes.

Alberto Patishtán, prisonnier politique emblématique du Mexique et compagnon fondateur et membre de l’organisation « La Voz del Amate » faisant partie de l’Autre Campagne, est de retour depuis quelques heures au CERSS (prison) No.5 de San Cristóbal (Chiapas). Il y avait été transféré au petit matin du 20 octobre 2011, pendant la grève de la faim qu’il menait avec ses compagnes et compagnons les « Solidaires de la Voix de l’Amate ».

Le mauvais gouvernement a enfin pris en consideration la décision du 13 juillet prise par le juge du tribunal de Tuxtla Gutiérrez suite à un recours du Centre des droits de l’Homme Fray Bartolome de las Casas- Frayba. Ce jugement déclarait inacceptable le transfert d’Alberto à la prison de haute sécurité de Guasave dans l’État du Sinaloa.

Après plus de 9 mois, le professeur et compagnon Alberto Patishtán est de retour pour partager la cellule, la nourriture, les réunions et les initiatives, les joies, les rêves, les espoirs de liberté avec ses compagnons de lutte, dont la base d’appui zapatiste Francisco Sántiz López. Enfin, sa famille n’aura plus à parcourir 2200 kilomètres pour le voir. Nous pouvons de nouveau l’embrasser et écouter sa parole sage et enthousiaste.

C’est une demi-victoire, car Alberto ne devait pas être puni par ce transfert orchestré par l’État Mexicain à la demande du ministre de l’intérieur Noe Castañon. De plus, Alberto ne devrait pas être derriére les barreaux ; c’est un maître d’école et un militant social qui a été arraché de son village tsotsil de El Bosque. C’est là qu’ils l’attendent ; ils l’exigent… nous l’exigeons.

Mais le retour au Chiapas d’Alberto est le résultat d’un effort coordonné et mondial : des familles jusqu’aux compagnes et compagnons de plusieurs recoins de la planète, de nombreux groupes anarchistes jusqu’aux défenseurs des droits de l’Homme de ce pays et d’autres, ainsi que toutes les organisations appartenant à l’Autre Campagne, de son village dans les montagnes jusqu’à un quartier de New York, en passant symboliquement par la Palestine. Nous avons toutes et tous démontré que la Justice se tisse, s’exerce et va jusqu’à s’imposer à ceux d’en haut avec la lutte d’en bas.

Nous souhaitons remercier de tout notre coeur et avec émotion chaque personne qui a réalisé ou participé aux différentes campagnes pour la liberté d’Alberto et des autres prisonniers politiques : grâce à votre participation nous avons fait tomber un morceaux du cachot, comme le suggére ceux de l’Autre Campagne New York.

La lutte continue, Alberto et d’autres de nos frères et soeurs indigènes continuent d’être prisonniers et prisonnières dans les prisons du Chiapas ; c’est pour elles et eux qu’il faut continuer à nous organiser et à nous coordonner comme nous l’avons fait jusqu’à maintenant… Nous crions une fois de plus LIBERTÉ IMMÉDIATE pour :

Alberto Patishtán Gómez (Voz del Amate)
Rosario Díaz Méndez (Voz del Amate)

Francisco Sántiz López (Base d’Appui de l’EZLN)

Pedro López Jiménez (Solidarios de la Voz del Amate)
Alfredo López Jiménez (Solidarios de la Voz del Amate)
Rosa López Díaz (Solidarios de la Voz del Amate)
Juan Collazo Jiménez (Solidarios de la Voz del Amate)
Alejandro Díaz Sántiz (Solidarios de la Voz del Amate)
Enrique Gómez Hernández (Solidarios de la Voz del Amate)
Juan Díaz López (Solidarios de la Voz del Amate)

Antonio Estrada Estrada (San Sebastián Bachajón)
Miguel Vázquez Deara (San Sebastián Bachajón)
Manuel Demeza Jiménez (San Sebastián Bachajón)

et pour tous les autres prisonniers politiques du pays et du monde :

À BAS LES MURS DES PRISONS !

RED CONTRA LA REPRESION – CHIAPAS
Grupo de trabajo « No Estamos Todxs »
Espacio de Lucha contra el Olvido y la Represión

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :