Communiqué des prisonnier-e-s du Chiapas suite à l’opération policière dans la prison n°5

carcel-mexico3

À L’opinion publique
Aux Médias de communication de l’Etat, Nationaux et internationaux
Aux médias alternatifs
Aux Adhérents à l’Autre Campagne de l’EZLN
A la Sexta Internationale
Aux Organisations Indépendantes
Aux défenseurs de droits humains et aux ONG

Nous, prisonniers politiques :

Base d’Appui de l’EZLN, organisation de la Voix de l’Amate, adhérents à l’Autre Campagne de l’EZLN, enfermés dans la prison numéro 5 de San Cristóbal de las Casas au Chiapas, déclarons :

Dans les centres pénitentiaires de notre État du Chiapas, il existe des opérations menées par les autorités qui, selon celles-ci, ont pour but le bien-être de la population interne. Concrètement dans la prison nº5, le 16 janvier dernier à environ 7h40 du matin est arrivé un groupe de policiers appelés des « loups », commandés par le commandant Reinol, et qui se sont mis au travail : d’abord ils nous ont enfermés dans la cour de sport, tandis qu’ils se dirigeaient vers les cellules  pour les fouiller et soi-disant vérifier s’il n’y avait pas quelque chose qui pourrait affecter la prison ou la population interne. Nous sommes conscients qu’ils doivent faire leur travail, nous sommes toutefois contre le fait qu’ils ne  respectent pas nos droits et garanties individuelles, le plus triste c’est qu’ils viennent seulement voler nos affaires.

Notamment à notre compagnon prisonnier politique Alberto Patishtán Gómez, à qui ils ont volé deux stylos de marque d’une valeur de 250 pesos, ainsi qu’à notre compagnon de l’organisation de Solidaires de la Voix de l’Amate Juan López González à qui ils ont volé sa montre, marque Casio d’une valeur de 120 pesos, sans compter toutes les affaires qu’ils ont volées aux autres internes.

D’une part nous exigeons du gouvernement de Manuel Velasco Coello qu’il trouve une solution immédiate à ce sujet et demandons la destitution immédiate des voleurs qui, en toute impunité, viennent nous fouiller ; nous exigeons également l’indemnisation des affaires qui nous ont été volées par ce groupe appelé « loup ».

D’autre part nous continuons d’exiger du gouverneur notre remise en liberté immédiate et inconditionnelle.

Finalement nous invitons la société civile, les organisations indépendantes au niveau national et international à mettre fin aux abus des autorités pénitentiaires et à continuer d’exiger la liberté qui nous revient.

Fraternellement
Les prisonniers politiques : Base d’appui de l’EZLN : Francisco Sántis López. Les prisonniers de « La Voix de l’Amate” Alberto Patishtán Gómez et Rosario Díaz Méndez. Et les prisonniers de l’organisation de Solidaires de la Voix de l’Amate : Juan Díaz López, Alejandro Díaz Sántis, Juan Collazo Jiménez, Rosa López Díaz, Pedro López Jiménez, Juan López González, y Benjamín López Aguilar.

Prison nº5 de San Cristóbal de Las Casas, Chiapas ,21 janvier 2013.

Traduit par les trois passants

Merci à Valérie pour les corrections

Source

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :