La magistrate Sasaki confirme en appel la condamnation de Mario Gonzalez : La lutte continue!

mgllLa magistrate Sasaki confirme en appel la condamnation de Mario Gonzalez à cinq ans et neuf mois de prison. Elle n’a tenu compte d’aucun des arguments de la défense et s’appuie uniquement sur le témoignage des policiers qui disent que Mario a tenté de fuir pendant l’arrestation. Sasaki estime que cette tentative de fuite est une preuve suffisante de la culpabilité de Mario.

D’ailleurs, coupable de quoi ?
Ce qui est criminalisé et puni c’est l’engagement politique, le fait d’être anarchiste, jeune et de ne rien lâcher.

D’autres recours juridiques sont en cours de préparation, restons attentifs, la lutte continue !

Courage Mario, tu n’es pas seul !

Lettre remise à la Magistrate Marín Sasaki à propos du procès en appel de Jorge Mario González García.*

20 mars 2014
Lic. Celia Marín Sasaki
Magistrate Présidente de la cinquième Chambre pénale de la ville de Mexico

En ce qui concerne la résolution du procès en appel numéro 273/14, qui est à votre charge, les organisations, associations et collectifs signataires exprimons ce qui suit :

Jorge Mario González García a été arrêté de façon arbitraire au mois d’octobre dernier ; au moment où il a été arrêté, il ne commettait aucun délit, et n’avait aucun mandat d’arrêt à son encontre. Comme il est constaté dans son dossier, il a été arrêté alors qu’il voyageait dans un bus, le délit d’atteinte à la paix publique qui lui a été attribué n’a pas été prouvé une seule fois.

Nous considérons que le procès pénal contre Mario n’a pas été conduit de façon impartiale, ses garanties judiciaires, ses droits humains, son droit à un procès correct et les preuves présentées n’ont pas été considérées comme il se doit, les preuves prouvant clairement son innocence ont été dissimulées, pour ne citer que quelques irrégularités parmi d’autres.

Jorge Mario est un jeune qui a été torturé et privé de liberté au travers d’un montage judiciaire qui cache une volonté de persécution contre un militant social, contre un étudiant activiste, contre un jeune précieux pour notre société. Nous rejetons fermement le fait qu’il soit considéré comme une personne « très dangereuse pour la société » alors qu’il s’agit d’un jeune qui exprime tout simplement ses idéaux, à la recherche d’une société meilleure pour tous. Nous pensons qu’une personne ne peut pas être punie pour sa façon de penser.

Pour tout ceci, nous considérons urgent d’arrêter cette chaine d’injustices et de remettre immédiatement en liberté Jorge Mario González García, qui malheureusement, est déjà reconnu comme prisonnier politique détenu par le gouvernement actuel de la ville de Mexico.

Les trois passants, París, Francia
Caracol Solidario, Besançon, Francia
Confederación General del Trabajo- CGT – Estado español
Internacional de la Federaciones anarquistas
Federación anarquista francófona
Centro de Documentación sobre Zapatismo -CEDOZ- Estado español
Dorset Chiapas Solidarity Group
Caracol Zaragoza, Estado español
London Mexico solidarity group
Plataforma de Solidaridad con Chiapas y Guatemala de Madrid
LaPirata:
– Nodo solidale, Roma y Mexico
– Nomads, Bologna y Berlin
– Colectivo Zapatista de Lugano

* Cette lettre a été écrite par le Comité de soutien de Jorge Mario González García et remise à la Magistrate Marín Sasaki.

Traduit par Les trois passants et Caracol Solidario

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :