Mexique: Nouvelle condamnation pour Abraham Cortés

Mexique: Nouvelle condamnation pour Abraham Cortés; l’accusation de tentative d’homicide est tombée.

portabrahamNous avons appris récemment qu’une nouvelle sentence a été prononcée pour notre compagnon Abraham Cortés dans le cadre du procès auquel il fait face depuis le 2 octobre 2013. Nous rappelons qu’Abraham est la seule personne maintenue en prison pour les faits survenus ce jour là.

Abraham faisait face à une accusation de tentative d’homicide, pour avoir supposément lancé des cocktails Molotov contre les lignes de policiers anti-émeutes. Ceci en plus d’une autre accusation pour attaques à la paix publique en bande.

Pour ces accusations, le compagnon avait été condamné à 13 ans et 4 mois de prison ; cependant, grâce à une procédure en appel (Amparo) qu’il a mené, une nouvelle sentence a été prononcée il y a quelques jours.

La nouvelle condamnation du compagnon est à présent de 5 ans et 9 mois pour le délit d’attaques à la paix publique en bande, car l’accusation de tentative d’homicide a été rejetée.

Cette nouvelle est sans doute une bonne nouvelle, mais cela ne signifie pas que nous la reconnaissons comme une action de justice de la part du système juridique et carcérale mexicain. Nous savons parfaitement que ce système ne nous donnera jamais la justice et si maintenant ils relâchent un peu la corde, nous n’oublions pas que notre compagnon reste prisonnier, et tant que notre compagnon et les milliers de personnes qui peuplent actuellement les prisons restent derrière ces murs, nous continuerons le combat…

Pour la liberté de tous et toutes !
A bas les murs des prisons !

Croix Noire Anarchiste Mexique

Traduit par Caracol Solidario

Source

***

Voix depuis la prison Nord : Abraham Cortés

Mariposa_negra25 février 2015
Depuis la prison Nord (Reclusorio Norte del DF)
Lettre d’Abraham Cortés Ávila

C’est un nouveau jour de lutte, un nouveau jour de résistance, un nouveau jour pour élever la voix, un nouveau jour avec le poing levé, un nouveau jour pour rendre visible l’injustice des institutions, institutions créées pour exercer la répression et l’exploitation, institutions qui tentent de faire taire, de pervertir et détruire la population. Cela fait 16 mois que je suis séquestré dans cette institution, au départ j’étais dans le quartier d’arrivée, à présent je suis dans la zone de la population dite tranquille, bien qu’ils aient essayé de magouiller pour nous envoyer dans le quartier dangereux, comme quand ils nous ont déplacés dans le Centre d’observation et de Classification, où ils nous ont assignés dans une zone dangereuse, un quartier disciplinaire pour la population dite normale.

Maintenant, ils essaient de nous donner discrètement en pâture à la population [carcérale générale], utilisant des stratégies diverses qui touchent les compagnons, et nous pointent du doigt cherchant à nous rendre responsables de la dégradation des aménagements de condition de détention, mais pour nous cela n’a pas d’importance, ici nous avons d’autres tâches et d’autres options de lutte, car du mal peut sortir le bien. Compagnons, dans ce jour de lutte, je ne demande pas seulement ma liberté, ni celle de mes compagnons, mais celle de tous ici dedans ; je ne veux pas seulement qu’ils révisent bien mon dossier, mais que ces institutions n’existent plus, parce que je suis et nous sommes conscients que ce sont des centres d’exploitation et d’esclavage.

Prison, institution de répression, école de méchanceté, d’obscurité, de froideur, de crainte, d’égoïsme, de vice, le lieu de destruction dans lequel nous sommes séquestrés depuis 16 mois par un gouvernement corrompu, plein de mensonges, plein d’ambition ; pendant ces 16 mois je ne suis pas le seul à vouloir sa prétendue libération, il y a plus de 12 mille internés qui cherchent la même chose, comme ceux qui arrivent chaque jour, ignorant tout d’ici. Mais ce qui est clair pour moi c’est que bien qu’ils nous « libèrent », nous ne serons pas « libres », car avec tant d’institutions nous ne savons plus à qui faire confiance, de plus avec leurs maudites stratégies pour éloigner la population en général, car ce qui est vécu n’est pas de l’indifférence,ce que l’ont ressent c’est la crainte des gens, la crainte qui peu à peu cesse d’exister, depuis ici, dedans, c’est ce que je peux voir, entendre et sentir, même si cette institution répressive essaie de nous faire taire, de nous faire disparaître, de nous séquestrer, ou de nous tuer, nous n’avons plus peur, nous ne la sentons plus.

Prison égal répression
Répression égal institution
Institution égal gouvernement
Gouvernement égal prison

Abraham Cortés

Taduit par les trois passants, correction Amparo

Source: Comité de solidarité avec Mario González

Qui est Abraham Cortés Ávila ?

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :