[Mexico] Message de la Coordination Informelle des Prisonniers en Résistance

fer1

MEXIQUE : Message de la Coordination Informelle des Prisonniers en Résistance + Actualisation de la situation de Fernando Bárcenas

Diffusé par la Croix Noire Anarchiste de Mexico (CNA- Mx)

Note CNA- Mx : A propos de Fernando Bárcenas : Il aurait théoriquement dû être présenté à partir du 24 juin durant la séance du Conseil Technique du Pénitencier Nord pour déterminer s’il devait ou non être sanctionné. Cependant, la matinée s’est terminée sans que le compagnon ne soit appelé. A l’extérieur du pénitencier les compagnon-es solidaires se sont rassemblés pour dénoncer les tortures, les abus et mauvais traitements qui ont lieu quotidiennement derrière ces murs. Des mots d’ordre en solidarité avec Fernando ont été criés élargissant les liens de solidarité avec Fernando et la lutte qu’il mène. La session du CT (Conseil Technique) s’est conclue à 14 h, sans que le compagnon ne soit appelé. Le rassemblement a pris fin à la même heure, nous continuons cependant à êtré vigilants à ce que qui pourrait se passer avec nos compagnons séquestrés et enfermés dans le pénitencier Nord.

Le message suivant nous est parvenu de l’intérieur de la prison afin que nous le diffusions.

« Ils essaient de m’accuser de façon arbitraire et mensongère à cause du travail d’organisation qui est en train de surgir ces derniers mois à l’intérieur de la prison. Il y a eu des affrontements continus avec la police et les administrations ; il faut qu’il soit clair qu’il ne s’agit pas de situations isolées, parce que comme membres de la Coordination Informelle des Prisonniers en Résistance dispersés dans différents pénitenciers du District Fédéral (Ville de Mexico) nous avons été réprimés pour avoir mené des actions de désobéissance et de rejet ignorant les fonctions pénitentiaires car nous les considérons non seulement inutiles mais aussi préjudiciables ». Fer Barcenas

C.I.P.R.E (Coordination Informelle des Prisonniers en Résistance) est une forme et un espace d’organisation pour tous ceux et celles qui ont été brimés et torturés par la machinerie pénitentiaire, qui n’est rien d’autre que le bouclier de la structure étatique qui lui permet de se perpétuer et de se maintenir sur la base des intérêts les plus viles et mesquins ; la prison est une affaire commerciale d’état car en même temps elle terrorise et maintient la domination par le chantage, la peur et l’intimidation. Elle pratique l’exploitation des prisonnier-e-s et fabrique la « délinquance » par son biais utilisant les filtres, la subornation et la corruption pour maintenir l’environnement social sous contrôle.

Nous en avons ras le bol d’être stigmatisés et limités par l’ostracisme pratiqué à notre encontre ; l’état constant de non défense dans lequel nous nous retrouvons tous en raison de l’existence de ces structures vaines, inutiles que sont la prison… Nous autres nous n’acceptons pas leurs « traitements » parce que nous ne reconnaissons pas la légitimité « morale » de ces bandits et voleurs organisés en syndicats du crime qui fondent leur critère sur l’acceptation de la soumission et de l’obéissance de nous envers eux et elles. Nous disons ça suffit et c’est pour cela que nous nous organisons pour faire cesser la répression et la torture, l’exploitation à laquelle nous sommes soumis pour que ne se répètent jamais plus les situations similaires ni en prison ni dans aucun autre lieu occupé par l’avant garde fascistoïde déguisée en gouvernement démocratique.

Pour la liberté et le respect à la vie
Parce que solidarité entre prisonnier-e-s n’est pas seulement un vain mot écrit
Nous vous encourageons à rompre avec l’inertie et la passivité

Mercredi 24 juin à 10 h auront lieu les audiences définitives qui détermineront la sanction ou l’acquittement des charges qui pèsent sur ma personne [Fernando Bracenas], sans oublier le compagnon Bryan Reyes Rodríguez qui a reçu un avertissement pour avoir déposé une plainte dénonçant un harcèlement sexuel ; la compagnonne Jacqueline Selene Santana López à qui l’on a confisqué du matériel de diffusion informatif au prétexte qu’il s’agissait d’incitation à la rébellion ; n’oublions pas non plus le compagnon Jessi Alejandro Montaño qui se trouve à l’isolement et privé de visites pour avoir mené une journée de désobéissance et de répudiation à l’autorité pénitentiaire en faisant appel à son humanité et en refusant de porter l’uniforme de prisonnier.

Coordination Informelle des Prisonniers en Résistance

Traduction Amparo

_______________

Fernando Bárcenas Castillo, militant anarchiste, a été arrêté le 13 décembre 2013, accusé d’avoir brûlé un arbre de noël de Coca-Cola. Il a été condamné à de la prison ferme pour délits d’attaque à la paix publique et association de malfaiteurs. Un recours (Amparo) a été présenté par sa défense, cependant, le 11 décembre 2014, Fernando a été condamné à 5 ans et 9 mois de prison ferme. Fernando, âgé de 20 ans, est étudiant au Collège de Sciences Humaines (CCH) de Vallejo et travaillait pour aider sa famille. Il a été arrêté alors qu’il participait à une manifestation contre la hausse de 67% des tarifs du métro décidée par le Gouvernement de la Ville de Mexico.  Fernando est très actif à l’intérieur de la prison, il a participé à la création du journal anti-carcéral « el Canero » et élaboré un long fanzine : « Un an après l’arrestation – la prison ». Plus d’infos

Dans le cadre des manifestations pour la présentation en vie des 43 étudiants disparus d’Ayotzinapa de nombreuses personnes ont été arrêtées, dans ce contexte, le 15 novembre 2014, deux étudiants Jacqueline Santana et Bryan Reyes ont été arrêtés pour le délit de vol à un agent fédéral. Le 22 novembre une sentence à de la prison ferme leur a été dictée.

Jesse Alejandro Montaño Sánchez, a été condamné le 12 janvier 2015 à 7 ans et 7 mois de prison pour le délit d’outrages à l’autorité .

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :