[Oaxaca] À plus de 9 mois de prison ferme, Miguel Betanzos lutte pour sa liberté et celle de sa commune Eloxochitlán de Flores Magón.

L’audience de Miguel est prévue pour le 22 février 2016, cependant si le Juge en charge retarde encore une fois le procès, l’audience sera reportée à plus tard et il faudra à nouveau attendre qu’un Juge fédéral puisse déterminer si le recours d’habeas corpus [Amparo] est applicable ou non.

« Je sais que cette lutte n’a pas été et ne sera pas facile, nous avons trébuché trop souvent, mais nous avons aussi appris à nous relever. Le gouvernement nous a mis face à de nombreux obstacles parce que nous sommes des gens humbles mais nous avons un grand cœur, un esprit inébranlable et une pensée commune ; je dis « nous » parce que je me sens avec vous qui luttez et résistez depuis votre tranchée : notre peuple… J’espère que cette rage, ce courage, cette nécessité que nous soyons bientôt tou-te-s réuni-e-s ne se perdra pas en simples paroles et que, dans les faits, nous continuerons d’exiger la liberté de tous nos compañeros qui sont en prison. »

– Miguel Betanzos –

miguelflomMiguel Ángel Peralta Betanzos est un jeune anarchiste membre de l’Assemblée Communautaire d’Eloxochitlán de Flores Magón, Oaxaca. Le jeudi 30 avril 2015, vers 5 heures et demi de l’après-midi, Miguel Ángel Peralta Betanzos, membre de l’Assemblée Communautaire, a été arrêté au centre-ville de Mexico. Cette arrestation s’est déroulée avec une grande violence par trois personnes en civil sans identification ni mandat d’arrêt, accompagnées de plus de 20 policiers « ministériels » de la ville de Mexico. Toutes ces irrégularités concernant l’arrestation de Miguel constituent une attaque de plus contre l’Assemblée Communautaire d’Eloxochitlán, dans la continuité de celles qui ont été perpétrées depuis 5 ans par Manuel Zepeda Cortéz. Cet ex-président municipal siégea à la Présidence municipale après s’y être imposé de façon autoritaire piétinant ainsi le système communautaire basé sur les «  us et coutumes indigènes » dont l’Assemblée Générale est l’organe de prise de décisions.

Miguel est l’un des 12 prisonniers indigènes membres de l’Assemblée Communautaire d’Eloxochitlán de Flores Magón*, communauté mazatèque de l’État d’Oaxaca, qui se trouvent enfermés dans les différentes geôles de cet état Mexicain. Plus de 23 membres, hommes et femmes de l’Assemblée d’Eloxochitlán sont sous mandats d’arrêts et ont été criminalisés pour avoir défendu « les us et coutumes communautaires » qui prévoient une autre façon de choisir ses représentants, s’opposant aux partis politiques soutenus par les caciques locaux qui essaient d’imposer à tout prix leur pouvoir afin de mieux contrôler la communauté par la peur et la prison.

Les membres de l’Assemblée Communautaire d’Eloxochitlán ont dénoncé publiquement et sans relâche les nombreuses mesures arbitraires que le gouvernement de l’État d’Oaxaca et l’ex-président municipal Manuel Zepeda Cortéz leur ont fait subir. Dans ce sens, Miguel a eu un rôle important, puisqu’il a accompagné, dénoncé et lutté contre les abus de pouvoir commis dans sa communauté. Depuis 5 ans, Zepeda et ses proches exercent le pouvoir avec autoritarisme, utilisant la torture et la répression afin de mieux contrôler le village et détourner les ressources naturelles et économiques appartenant à la commune (pillage des ressources  comme le sable, le gravier et les roches de la rivière) au bénéfice de ses entreprises personnelles et de celles de ses proches.

C’est dans ce contexte que Miguel a été arrêté. Les délits qui lui sont imputés ainsi qu’à ses compagnon-ne-s de lutte, sont : homicide volontaire avec préméditation et tentative d’homicide volontaire. Actuellement, Miguel se trouve dans la prison de San Juan Bautista Cuicatlán, Oaxaca. Plus de neuf mois après son arrestation, son procès se trouve dans une impasse. En octobre dernier la défense a présenté un recours [habeas corpus] contre la décision de prison ferme ; à ce propos, trois audiences ont été reportées du fait de la négligence du Juge. Depuis le début, les irrégularités de son procès ont été multipliées par tous les moyens possibles afin de prolonger sa détention passant outre les recommandations faites par les juges fédéraux, le manque de défense laissant le cas dans un flou juridique. Tout ceci montre à quel point le procès juridique de tous les membres arrêtés de l’assemblée communautaire répond aux intérêts politiques du gouvernement d’Oaxaca et du groupe de pouvoir qui bénéficie de sa protection.

L’audience de Miguel est prévue pour le 22 février 2016, cependant si le Juge en charge retarde encore une fois le procès, l’audience sera reportée à plus tard et il faudra à nouveau attendre qu’un Juge fédéral puisse déterminer si le recours d’habeas corpus [amparo] est applicable ou non.

*Wilfrido Salazar, Fernando Gavito, Herminio Monfil, Jaime Betanzos, Rubén Cerqueda, Omar Morales, Alfredo Bolaños, Eleuterio Pineda, Ismael Reyes, Birigida Dominguez sont des membres de l’assemble communautaire d’Eloxochitlán de Flores Magón emprisonnés, leurs compagnons de lutte et amis lancent un appel pour leur libération immédiate, l’annulation des mandats d’arrêts et la tenue sans renvoi de l’audience de Miguel Betanzos ce 22 février 2016 pour ne pas prolonger encore plus son emprisonnement.

Sources :
Cruz Negra Anarquista – Mexico : Actualización y denuncia sobre la situación de Miguel Peralta, indígena preso, 15/02/2016

Reprise du contexte l’Assemblée Communautaire d’Eloxochitlán de Flores Magón, Oaxaca: Une histoire parmi tant d’autres de pillage et de mépris

Traduit par les trois passants et Amparo

Fanzine à télécharger: Miguel Peralta Betanzos de l’Assemblée Communautaire d’Eloxochitlán de Flores Magón, cliquez sur l’image.

MIGUELFANZIN

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :