Solidarité avec Kamel Bouabdallah depuis plusieurs coins du monde

trat

Ce n’est pas facile de rester debout, de ne pas me laisser couler, alors je me bats, je boxe pour ne pas tomber, et je veux étudier, lire, m’enrichir, et continuer sur ce chemin.
Je ne perds pas l’espoir. Je vais me battre. Montrer que je ne suis pas un cafard qu’on élimine comme ça.
Kamel, 2014, les Baumettes

Solidarité avec Kamel depuis plusieurs coins du monde :

Il y a plusieurs mois, suite à une rencontre avec le collectif de Kamel, « Le collectif Kamel Libre » un échange sincère autour des conditions en prison et de la survie dans ces centres d’extermination a eu lieu. À ce moment-là, le journal indépendant, anti- carcéral et de combat « El Canero » faisait son apparition en France, dans sa version française, si on peut dire, il venait d’être traduit. La proposition de participer à ce journal a été transmise à Kamel, ce qui a permis la publication de plusieurs de ses écrits dans le Journal « El Canero numéro 4 », cette initiative qui est née depuis les entrailles de la prison Nord de la Ville de Mexico a réussi à voler et un petit échange d’expériences partant du cœur, de la rage et des paroles des compagnon-n-e-s prisonnier-e-s a pu avoir lieu. Fernando Barcenas qui a lancé cette proposition décrit ce journal comme un projet qui contribue à diffuser la lutte anti-carcérale en tissant des liens de communication entre les prisonniers et l’extérieur. Grâce à ce journal les paroles de Kamel sont arrivées jusqu’au Mexique et aujourd’hui, nous, collectifs signataires de cette lettre, voulons exprimer notre solidarité avec Kamel, sa famille, son collectif et ses ami-e-s, nous voulons vous dire que vous n’êtes pas seuls, que vos pensées, votre rage et votre cœur rebels ont dépassé les frontières géographiques qu’ils s’obstinent à vouloir nous imposer.

Nous venons d’apprendre et nous nous faisons l’écho de la situation dans laquelle se trouve Kamel; Kamel Bouabdallah, a 28 ans, il a vécu derrière les barreaux depuis l’âge de 15 ans, sa libération est prévue pour 2044. Aujourd’hui Kamel se trouve enfermé à l’Unité Hospitalière Spécialement Aménagée [l’UHSA du Vinatier] unité pénitentiaire au sein d’un hôpital psychiatrique. Il est actuellement enfermé à l’unité C « d’accueil et de soins intensifs » destinée à la gestion des « crises » et des « malades psychiatriques difficiles »  et/ ou ayant des « troubles importants du comportement » ce qui signifie : vivre dans une chambre d’isolement, camisole, portes des cellules fermées, impossibilité de circuler sans l’accompagnement du personnel soignant… La « cour » y est semblable à une « cour » de quartier disciplinaire : un cube de béton de 20 m2 avec des grillages au-dessus. Les surveillants pénitentiaires s’occupent des parloirs, du courrier et aussi des « démonstrations de force » quand il s’agit d’intervenir dans la « zone de soins » et ce à la demande des infirmiers de cette institution.

Nous savons que Kamel souhaite que les gens soient nombreux à le soutenir lors de son procès  à la cour d’appel de Grenoble le 20, 21 et 22 juin 2016.

Nous, par ces brèves lignes, voulons te dire, Kamel, que nous sommes nombreux à nous opposer à la perpétuation de ces centres de mépris, de douleur et d’extermination, que notre lutte s’inscrit dans la destruction de ces centres, pour la disparition de ces lieux conçus pour être les poubelles sociales dont l’État se sert pour éliminer des milliers d’hommes, de femmes, de jeunes d’en bas. Notre lutte s’inscrit jusqu’à ce que nous soyons tous et toutes libres, aujourd’hui, nous voulons te dire Kamel, que nous sommes là, et nous ne pouvons pas faire comme si de rien n’était, nous ne restons pas indifférents.

Depuis plusieurs endroits nous te serrons dans nos bras avec toute notre solidarité.

Ne te décourage pas Kamel, face aux griffes de ce système pénitentiaire, ne te décourage pas… courage, toujours courage !

No decaigas compa ante las garras de ese sistema carcelario, no decaigas… animo, animo siempre!

En Solidarité :

Groupe de Travail «  Nous ne sommes pas tous et toutes là » Chiapas, Mexique
Croix Noire Anarchiste de Mexico, Mexique
La Voix de prisonniers Zapotèques Xiches en Prison, Oaxaca, Mexique
Depuis la prison d’Ixcotel : Alvaro Sebastián Ramírez, prisonnier Loxicha, Oaxaca, Mexique
Mère du jeune prisonnier Luis Fernando Sotelo Zambrano. Mme. Celia Zambrano, Mexique
Les Trois Passants, Toulouse, France

 

Info sur la situation de Kamel-collectif-Kamelibre

Infos sur le journal indépendant, anti- carcéral et de combat « El Canero »

Version espagnole : Un saludo fuerte y solidario para Kamel Bouabdallah desde varios rincones

Hace un par de meses, tras un encuentro con el colectivo de apoyo de Kamel “ Kamel Libre”, un intercambio sincero sobre las condiciones en prisión y la sobrevivencia dentro de esos centros de exterminio, pudo realizarse, en esos momentos la difusión del periódico independiente, anti- carcelario y de combate “El Canero” hacía su aparición en Francia, en versión francesa, si podemos decirlo así, se tradujo pues. Una propuesta a participar en este periódico al compa Kamel, permitió que varios de sus escritos se publicaran en el numero del “Canero 4”, esta iniciativa que nace desde las entrañas del reclusorio Norte de la ciudad de México ha podido volar y un pequeño intercambio de experiencias desde el corazón, la rabia y las palabras de los propios compas presos ha podido concretizarse. Fernando Barcenas quien ha lanzado esta propuesta define este periódico como un proyecto que permite explicar la realidad que se vive en las prisiones y contribuye a difundir la lucha anti- carcelaria tejiendo un lazo de comunicación entre los presos y el exterior. Gracias a este periódico, las palabras de Kamel han llegado hasta México y hoy, los colectivos abajo firmantes queremos expresar nuestra solidaridad con Kamel, su familia, su colectivo de apoyo y sus amigos, decirles que no están solos y que sus pensamientos, su rabia y  su corazón rebeldes han trascendido las fronteras geográficas que tanto se empeñan en imponernos.

Por medio de esta carta queremos hacer eco de la situación de Kamel; Kamel Bouabdallah tiene 28 años y ha estado tras las rejas desde la edad de 15 años, su liberación esta prevista para el año 2044, al día de hoy Kamel se encuentra encerrado en una unidad penitenciaria en el interior de un hospital Psiquiátrico [l’UHSA du Vinatier en Francia], se encuentra en la unidad C, “ unidad de cuidados intensivos” destinado a la gestión de “crisis” y “ enfermedades psiquiátricas difíciles” o bien con “  trastorno del comportamiento” lo cual significa: un cuarto en aislamiento, contención, puertas de la celda permanentemente cerradas, imposibilidad de circular sin acompañamiento medico…El patio parece mas bien una celda de castigo, un cubo de cemento de 20 metros cuadrados cubierto de alambres. Los vigilantes penitenciarios se ocupan de los locutorios, del correo…pero también de la “demostración de fuerza” cuándo se trata de intervenir en la zona de cuidados intensivos y esto a petición de los propios enfermeros de esta institución.

Kamel desea que muchas personas asistan para apoyarlo en su audiencia que se realizará en Grenoble, Francia los días 20, 21 y 22 junio de este año 2016.

Por medio de estas lineas, los colectivos abajo firmantes queremos decirle a Kamel, que numerosos somos los que nos oponemos a la continuidad de estas instituciones de desprecio, de dolor, de exterminio, que nuestra lucha se inscribe en la destrucción de esos centros para que nunca mas sean los basureros sociales del los cuales el Estado se sirve para desechar a miles de hombres y mujeres, niños y niñas de abajo. Nuestra lucha se inscribe hasta que todos y todas seamos libres, hoy queremos decirte, Kamel, que aquí estamos, que no nos quedamos en la indiferencia.

Recibe un abrazo solidario y compañero desde varios rincones.
No decaigas compa ante las garras de este sistema carcelario, no decaigas… animo, animo siempre!

En solidaridad :

Grupo de Trabajo No estamos Todxs, Chiapas (México)
Cruz Negra Anarquista de México (México)
La Voz de los Zapotecos Xiches en Prisión, Oaxaca (México)
Desde el penal de Ixcotel: Alvaro Sebastián Ramírez, Preso Loxicha, Oaxaca (México)
Madre de Luis Fernando Sotelo Zambrano. Sra. Celia Zambrano (México)
Les Trois Passants, Toulouse (Francia)

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :