Halte à la diffamation et à la persécution de nos compagnon‑e‑s anarchistes Mario González et Nuria Ramírez.

solim

Notre compagnon anarchiste, Jorge Mario González García, est un étudiant qui a été exclu du Collège de Sciences Humaines de Naucalpan, établissement scolaire appartenant à l’Université Nationale Autonome du Mexique [UNAM], pour s’être largement opposé aux réformes éducatives de l’UNAM visant à privatiser l’Éducation publique et gratuite. Mario avait fait l’objet d’une forte répression et de menaces avant d’être arrêté d’une manière violente et arbitraire, le 02 octobre 2013, alors qu’il se dirigeait vers la manifestation commémorative du massacre des étudiants en 1968, dans la ville de Mexico. Lors de son arrestation, Mario a été torturé par la police (chocs électriques sur tout le corps, fracture du pied…) et condamné le 10 janvier 2014 à cinq ans et neuf mois de prison ferme pour attaques à la paix publique. Délits montés de toutes pièces pour pouvoir criminaliser son activisme politique et sa pensée anarchiste. Peu après minuit, le vendredi 31 octobre 2014, Mario est sorti de la tour médicale de Tetepan où il était incarcéré.

[Extrait du Communiqué de Mario González, mois de mai 2014]
« Beaucoup de gens disent que personne ne peut rien faire contre le gouvernement ni en venir à bout, que mes objectifs sont utopiques et que je ne dois me préoccuper que de moi-même parce ce que si je continue à agir ainsi, je vais rester enfermé ou je vais finir par disparaître ou par mourir. C’est probablement vrai, mais partout où je regarde, je vois la cruelle réalité dans laquelle nous nous trouvons coincés. Les motifs de nous révolter ne manquent pas et les motifs pour être heureux ne manquent pas non plus, je pense que vivre en se révoltant est la seule façon d’être heureux, c’est pourquoi parfois je suis à l’aise malgré les conséquences. C’est le chemin que je veux prendre, parce que pour moi, une petite dose de solidarité, de folie, de joie et de liberté, donne plus de satisfaction qu’une vie pleine de regrets, de tristesse, de lassitude, de résignation . »

Nuria Ramírez était la compagne de Mario González quand il s’est fait arrêté, elle a mené une lutte infatigable pour sa liberté et pour celle d’autres compagnon-e-s anarchistes qui étaient alors incarcéré‑e‑ s dans la ville de Mexico, après la libération des compagnon-e-s, Nuria a poursuivi la lutte sans relâche, et depuis lors, elle est dénoncée, mise à l’index, harcelée et criminalisée en permanence, non seulement par le Gouvernement de la Ville de Mexico mais par les médias de désinformation dominants. Elle et d’autres activistes de la ville sont pris pour cible chaque fois que les autorités cherchent des « ennemis » pour justifier la mise en scène, la violence et la répression qui en découlent. Les campagnes de lynchage médiatique menées par les autorités contre les compagnon-e-s anarchistes n’ont pas cessées, au contraire, elles se durcissent et s’intensifient chaque fois qu’un événement gênant ressurgit.

***

Depuis l’Europe nous exigeons halte à la diffamation et persécution contre nos compagnon-e-s anarchistes Mario González et Nuria Ramírez.

14/03/2016

Ces dernières semaines nous avons reçu plusieurs communiqués qui font état du montage juridico-policier que le gouvernement fédéral et le gouvernement de la ville de Mexico construisent une fois encore contre plusieurs de nos compagnon-e-s anarchistes. Les montages juridique et médiatique reviennent et s’exacerbent au moment où les autorités universitaires tentent de mettre fin à l’occupation de l’Auditoire Che Guevara, espace qui a été occupé depuis la grève historique de l’UNAM- Université Nationale Autonome du Mexique, en 1999. Pendant 16 ans, les autorités n’ont cessé de provoquer un nombre incalculable d’affrontements et de harcèlements contre les occupants de cet espace, créant une atmosphère de persécution et de lynchage médiatique, d’emprisonnement et de répression. Un communiqué émis par la Croix Noire Anarchiste de Mexico reprend cette affaire en soulignant l’attitude que les autorités ont assumée depuis toujours pour continuer de réprimer et diffamer le mouvement anarchiste en général, et dans ce cas particulier, contre l’occupation de cet espace.

Par le biais de ce communiqué, nous ne voulons pas seulement mettre en évidence cette diffamation et persécution systématiques de nos compagnon-e-s Mario González et Nuria Ramirez, mais nous voulons exprimer également notre préoccupation et notre rejet de ces accusations, de cette mise au pilori que les autorités et ses médias de désinformation montent contre nos compagnons en les identifiant comme des personnes dangereuses.

Par ailleurs, nous affirmons que cette situation répressive fait partie de toute une stratégie médiatique qui s’inscrit au niveau international, une stratégie de persécution, montage, diffamation, répression à l’encontre de nos compagnon-e-s anarchistes, de leurs formes d’action et de pensée; cette stratégie s’inscrit dans la construction de toute une mise en scène pour attaquer, par tous les moyens possibles, les espaces autogérés et autonomes, contestataires et opposés au monde de la consommation imposée, ainsi qu’aux gens qui les fréquentent et les habitent. Par ce lynchage médiatique le pouvoir construit « ses » « ennemis » en donnant le feu vert à toute une machinerie de contrôle social qui se renforce et s’étend à grands pas.

Le discours de la violence qu’utilise le Gouvernement de la ville de Mexico, dans ce contexte, ainsi que les autorités universitaires, essaie par des mensonges et mises à l’index de justifier la répression, qui en fin de comptes, n’a d’autre intention que de faire taire, désarticuler, terroriser et criminaliser les mouvements contestataires qui perdurent, et dans ce cas précis, les groupes, les mouvements, les espaces et les personnes anarchistes qui ont été l’objet depuis des années de persécutions et de harcèlements.

Les groupes signataires de cette lettre, avons manifesté chaque fois que cela a été nécessaire, notre solidarité avec Mario González et Nuria Ramírez, et aujourd’hui notamment, nous restons particulièrement attentifs à cette situation et à tout acte d’intimidation qui pourrait être exercé contre nos compagnon-e-s.

Halte au lynchage médiatique de nos compagnons anarchistes et occupants !
Halte à la diffamation et à la persécution de nos compagnon-n-e-s anarchistes Mario González et Nuria Ramírez!

En Solidarité !

-Les trois passants, Toulouse (France)
-FA – Fédération Anarchiste Francophone (France, Suisse, Belgique)
-Caracol Solidario, Besançon (France)
-CGT – Confederación General del Trabajo (Estado Español)
-Adherentes a la Sexta Barcelona (Catalunya)
-ASSI- Acción Social Sindical Internacionalista, Zaragoza (Estado Español)
-Cedoz (Estado Español)
-Associació Solidaria Cafè Rebeldía-Infoespai, Barcelona (Catalunya)
-Associazione Ya Basta! Milano (Italia)
-P.I.R.A.T.A-Plataforma Internacionalista por la Resistencia y Autogestion Tejendo Autonomia (Italia-Suisa-Alemania-México)
-CSPCL – Comité de Solidarité avec les Peuples du Chiapas en Lutte, Paris (France)
-Groupe Cafez y Casa Nicaragua de Liège (Belgique)
-Plataforma de Solidaridad con Chiapas y Guatemala, Madrid (Estado Español)
-Mut Vitz 13, Marseille (France)
-Chiapasgruppa LAG (Noruega)
-Liga Anarquista do Rio de Janeiro (Brésil)

Source en Espagnol

Traduit par les trois passants / correction Amparo

___________________________________________

Plus d’infos :

solimAntécédents : Halte à la diffamation et à la persécution de notre compagnon anarchiste Mario González

Voir : Liberté pour Mario González! Halte au harcèlement contre Nuria Ramírez !

Brève description du cas de Mario Gonzalez

Communiqué de Mario González à propos de sa libération

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :