[Oaxaca] Voix depuis la prison : Miguel Betanzos, après un an de sa détention + BULLETINS D’INFO

miguelflomMiguel Ángel Peralta Betanzos est un jeune indigène mazatèque, anarchiste et membre de l’Assemblée Communautaire d’Eloxochitlán de Flores Magón, Oaxaca. Le jeudi 30 avril 2015, vers 5 heures et demi de l’après-midi, Miguel Ángel Peralta Betanzos, membre de l’Assemblée Communautaire, a été arrêté au centre-ville de Mexico. Cette arrestation a été perpétrée avec une grande violence par trois personnes en civil sans identification ni mandat d’arrêt, accompagnées de plus de 20 policiers « ministériels » de la ville de Mexico. Toutes ces irrégularités concernant l’arrestation de Miguel constituent une attaque de plus contre l’Assemblée Communautaire d’Eloxochitlán, dans la continuité de celles qui ont été perpétrées depuis 5 ans par Manuel Zepeda Cortéz. Cet ex-président municipal siégea à la Présidence municipale après s’y être imposé de façon autoritaire, piétinant ainsi le système communautaire basé sur les « us et coutumes indigènes » dont l’Assemblée Générale est l’organe de prise de décisions.

Miguel est l’un des 12 prisonniers indigènes membres de l’Assemblée Communautaire d’Eloxochitlán de Flores Magón, communauté mazatèque de l’État d’Oaxaca, qui se trouvent enfermés dans les différentes geôles de cet état Mexicain. Plus de 23 membres de l’Assemblée d’Eloxochitlán, hommes et femmes, sont sous mandats d’arrêts et ont été criminalisés pour avoir défendu « les us et coutumes communautaires » qui prévoient une autre façon de choisir ses représentants, s’opposant aux partis politiques soutenus par les caciques locaux qui essaient d’imposer à tout prix leur pouvoir afin de mieux contrôler la communauté par la peur et la prison.

Eloxochitlán de Flores Magón est le berceau de l’anarchiste mexicain Ricardo Flores Magón. Magón  est né le 16 septembre 1873 à Eloxochitlán (État d’Oaxaca) et mort le 21 novembre 1922 au pénitencier de Leavenworth au Kansas, États-Unis. Il est à l’origine du mouvement le plus radical de la Révolution mexicaine, le magonisme. À la tête du Parti libéral mexicain (PLM), il devient le fer de lance de l’opposition au régime autoritaire et corrompu de Porfirio Díaz. Durant son exil aux États-Unis, où il fuit la répression, il manifeste son adhésion à l’idéal anarchiste. Ennemi acharné de l’autorité, du capitalisme et de l’Église, il consacre sa vie à la lutte contre l’oppression du peuple mexicain et, par extension, de l’humanité dans son ensemble. Militant politique, propagandiste, journaliste, Ricardo Flores Magón est aussi l’auteur de nombreux contes, publiés dans le journal qu’il dirige; le journal independant de combat « Regeneración ». Lire la suite

Lettre publique*

Depuis la Cellule 2 couloir C

Maison d’Arrêt de Cuicatlán, Oaxaca.

Alors ? Comment ça va ?

Bonjour à tous les compas, c’est une grande satisfaction de savoir qu’il existe dans l’univers des êtres solidaires avec les personnes enfermées, qui partagent expériences, luttes, résistances et qui nous accompagnent pas à pas pour atteindre le sentier de la liberté pleine ou qui la réinventent. A tous ceux qui se sont rassemblés pour développer ces activités, salutations et je vous embrasse fraternellement.

Presqu’un an que je suis enfermé et je suis encore debout grâce à vos encouragements, vous qui connaissez ma situation juridique et les autres à qui je n’ai pas raconté que mes audiences sont régulièrement reportées à des dates ultérieures. Jusqu’à maintenant et depuis le mois de décembre dernier c’est la quatrième fois, pour différents motifs, mais à la fin les prétextes sont toujours les mêmes : manque de pièces et les juges se renvoient la balle. Ces audiences doivent servir à initier le recours pour garanties individuelles (procédure d’amparo) ; si ce n’est pas le cas, alors nous devrons aller au procès avec présentation de preuves. Je sais que le chemin à parcourir sera très long mais je ne renoncerai pas. Il y a quelques jours j’ai appris qu’ils sont sur le point d’émettre d’autres ordres d’appréhension pour d’autres délits, vols et dommages à la propriété d’autrui, pour ceux qui sont déjà enfermés et pour d’autres compagnons de l’assemblée qui ont participé à la lutte pour notre liberté. Ainsi, nous nous rendons compte que ce n’est qu’un artifice supplémentaire de la part de l’Etat pour nous criminaliser en tant que peuples autochtones.

Notre village Nguixó, ce qui signifie « sous les nuages » et qu’en espagnol on appelle Eloxochitlán de Flores, se trouve enclavé dans les montagnes de la Sierra Madre occidentale dans l’Etat de Oaxaca. Nous sommes mazatecos et notre village compte environ huit mille personnes réparties dans dix-huit quartiers. Il existe une organisation communautaire pour élire nos représentants, tout se fait sur la base des décisions prises lors des discussions et des accords durant l’assemblée. Ces deux dernières décennies les femmes et les jeunes ont pris une part importante dans la participation à celle-ci ; nous faisons aussi des travaux collectifs que nous appelons “faena” (corvée, boulot), “tequio”, “mano vuelta” et qui dans notre langue s’appellent xa´mosen. C’est le travail extra (de « enmedio »), celui qui ne rapporte aucun salaire hormis la satisfaction de partager, de mettre en commun et qui est basé sur la réciprocité. Il existe différentes tâches comme le nettoyage des chemins qui délimitent notre territoire avec d’autres villages ; cela se fait tous les ans, l’appel pour ce travail se fait avec une corne ou un coquillage. C’est aussi le cas pour les semailles du maïs, on invite les amis, les compadres, la famille et le travail devient une fête et un rituel de la terre, nous faisons de la même façon pour construire une maison ou pour la réparer.

Notre village est riche en ressources naturelles, eau, bois, montagnes et c’est de ce butin que les caciques ont l’intention de s’emparer. Notre lutte va donc dans ce sens. D’abord défendre notre système communautaire pour que les partis politiques ne puissent pas entrer, et défendre les ressources naturelles ; cela a entraîné un conflit à l’intérieur du village avec divers affrontements. Les caciques ont embauché des paramilitaires pour tyranniser et punir nos compagnons. L’armée a perquisitionné des maisons sous prétexte de chercher de la drogue et des armes et ils l’ont fait dans les quartiers les plus organisés. Suite à notre emprisonnement, nos familles se sont déplacées mais elles continuent en résistance, nous savons qu’arrivera le jour où nous reviendrons. A la date d’aujourd’hui, nous sommes douze prisonniers disséminés dans les prisons de l’Etat, onze hommes et une femme.

Une autre chose que je voulais vous faire partager : il s’agit de la lutte à l’intérieur de cette prison. Tout d’abord pour l’introduction d’aliments vu qu’ils sont très limités ; pour les services de santé qui sont inexistants ; un exemple, il y a quelques jours, il y a eu une épidémie de rhume et ceux de l’Etat sont venus nous vacciner contre la grippe, nous avons aussi gagné la bataille pour obtenir des téléphones qui ne soient pas contrôlés par le système. Voilà, petit à petit nous avançons.

Bon assez bavassé, je crois que je vais réussir à vous endormir… je sais qu’un grand océan nous sépare mais nos pensées se rejoignent, c’est comme ça, la distance et le temps ne sont que des constructions mentales. Jamais nous ne serons de la chair à prison, nous détruirons le quotidien, nous ne nous habituerons pas à ces murs, notre esprit ne se convertira pas en pierre, Jamais !

Salut à tous les prisonniers du monde !
Que tout aille pour le mieux !

Cellule 2 couloir C des pourris
Maison d’Arrêt Cuicatlán Oaxaca,
Miguel Ángel Peralta Betanzos

Lettre lue et envoyée pour la Journée de Solidarité avec les prisonnier-e-s en lutte au Mexique organisée à Besançon par Caracol Solidario- Besançon, Le Groupe Proudhon – FA, Besançon, Le Resto Trottoir – Besançon et Les trois passants – Toulouse (9 avril 2016)

Traduit par Amparo et les trois passants 

Corrections Val et Myriam

______________________________________________________________________________________________________________________________________

MIGUELFANZINFanzine à télécharger en français :

cliquez sur l’image.

Miguel Peralta Betanzos de l’Assemblée Communautaire d’Eloxochitlán de Flores Magón, 


miguelperaltaBULLETIN D’INFORMATION  (pour l’instant en espagnol / en cours de traduction) – cliquez sur l’image

Télécharger un des bulletins concernant les cas de répression qui ravagent le territoire dénommé Mexico, réalisé dans le cadre de la Semaine Internationale de Solidarité avec les Prisonni@s Anarchistes, du 26 au 30 août 2015. Ce bulletin a été réalisé par des personnes solidaires de l’Assemblée Communautaire d’Eloxochitlán de Flores Magón, Oaxaca, alors que 12 de ses membres sont toujours emprisonnés pour avoir défendu leur territoire et les décisions politiques prises par l’Assemblée.

 

À lire également : [Oaxaca] À plus de 9 mois de prison ferme, Miguel Betanzos lutte pour sa liberté et celle de sa commune Eloxochitlán de Flores Magón (contexte)

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :