[Oaxaca] Deux ans de réclusion – Lettre de Miguel Betanzos

Le 30 avril, cela fera deux ans depuis mon arrestation et le début de ma réclusion. Deux longues années que je pourrais vous raconter : secondes, heures, minutes et nuits volées, jours d’angoisse et d’impuissance, de haine de l’État et de ses institutions. Le quotidien qui m’use. L’individualisme qu’on nous oblige à reproduire, et que j’abhorre. Les nécessités et les maladies que nous inoculent les murs de la prison. Est-ce du temps perdu ? Non, car ce furent aussi deux ans d’accompagnement par les compas, de solidarité, de résistance quotidienne, d’apprentissage en commun, d’appui de gens dont tu ne vois pas bien qui ils sont, et même aujourd’hui on ne se connaît pas personnellement, mais maintenant on sait qu’on est ensemble. Deux ans de rire, et deux ans où l’on ne cesse pas de regarder le nouveau soleil et de rêver, tandis qu’on s’oppose au contrôle de tous les faits et gestes.

Il est de notoriété publique que le système judiciaire officiel n’a pas été conçu pour les gens du peuple. La classe politique despotique veut nous faire croire qu’elle administre la justice grâce aux réformes élaborées selon son bon plaisir, alors qu’elle nous traite comme des délinquants, des terroristes ou des ennemis, faisant de nous un numéro de plus dans ses statistiques, tentant d’anesthésier nos consciences, décorant les archives et les dossiers couverts de poussière avec de nouveaux concepts. (De toute façon, à la fin t’es foutu si tu rentres pas dans leurs réformes.) Ça ne leur suffit pas de vérifier ton innocence, en plus ils prétendent te réadapter à leur manière de vivre, à toujours nous soumettre face à eux. Et pourtant, nous avons en nous cette petite goutte qui nous fait lutter et que nous essayons de répandre, ce que nous appelons liberté et qui jamais ne deviendra une loi ni ne pourra se réformer.

Tant que l’impunité continuera de régner, comme à Eloxochitlán de Flores Magón, nous chercherons les moyens de résister. Nous trouverons comment nous organiser pour détrôner ceux qui se croient intouchables et qui utilisent pour leurs fins propres les discours de défense de leur communauté, qui maîtrisent grâce à de l’argent volé, les publications et les médias de désinformation, tandis que dans leur village, tout ce qu’ils font est de flatter leur propre ego, s’en mettre plein les poches et renforcer leurs moyens de répression, en terrorisant à coups de menaces et de bâtons ceux qu’ils sont censés « défendre et représenter »…

Pour l’heure, dans le cadre de cette résistance quotidienne, nous appelons les individus, les collectifs et quiconque voudrait participer, à se réunir le 30 avril pour une journée de dénonciation afin d’exiger, avec les moyens dont ils disposent, notre libération. Nous proposons de fabriquer des pancartes, de peindre, de passer des appels téléphoniques au tribunal de Huautla (012363780324), d’organiser des manifestations politiques en tout genre. Enfin quoique ce soit qui puisse nous rendre visibles et faire entendre nos voix de ras-le-bol, l’exigence de la libération des prisonniers politiques de Oaxaca et du monde entier, ainsi que le retour dans leurs foyers de ceux qui continuent d’être persécutés et déplacés.

Je profite enfin de cette lettre pour saluer tous ceux qui ont été présent.e.s au cours de ces deux longues années. Je tiens à remercier spécialement le collectif Los otros abogados, qui a dû supporter les moqueries et le cynisme de la soi-disant justice. Solidarité avec la grève de la faim des prisonniers et prisonnières de Palestine en Israël, et avec les communautés nahuas et purépechas du Michoacán.

Liberté pour Eloxochitlán de Flores Magón, Oaxaca.
Liberté pour Roque Coca et Alvaro Sebastián.
Liberté pour les prisonniers de Tlanixco et de l’Amate.
Liberté pour Fernando Bárcenas, Luis Fernando Sotelo, Abraham Cortés.
Liberté pour tous ceux faits prisonniers pour avoir lutté.
Prisonniers dans la rue.

Miguel Peralta
– Cuicatlán, Oaxaca –

Traduction Lucio / correction Patxi

Plus d’infos

____________

Miguel Peralta Betanzos est un membre de l’Assemblée Communautaire d’Eloxochitlán de Flores Magón, Oaxaca et militant anarchiste. Le jeudi 30 avril 2015, vers 5 heures et demie de l’après-midi, Miguel Ángel Peralta Betanzos, membre de l’Assemblée Communautaire a été arrêté au centre-ville de Mexico. Cette arrestation a été exécutée sans identification et sans mandat d’arrêt, avec une grande violence. Toutes ces irrégularités concernant l’arrestation de Miguel constituent une attaque de plus contre l’Assemblée Communautaire d’Eloxochitlán, dans la continuité de celles qui sont perpétrées depuis 5 ans par l’ex-président municipal qui siégea à la Présidence municipale après s’y être imposé de façon autoritaire, piétinant ainsi le système communautaire basé sur les « us et coutumes indigènes » dont l’Assemblée Générale est l’organe de prise de décisions. Miguel se trouve dans la prison de Cuicatlan, Oaxaca.

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :