Archive for the événements Category

[Oaxaca] Lettre sur la situation que nous vivons mon compagnon Miguel Peralta et moi-même.

Posted in anti-carcéral, événements, Communiqués, compas anarquistas, Des femmes face à la prison on 15 février 2019 by liberonsles

Lettre de Mariana envoyée pour la projection-discussion sur les luttes contre la taule, le samedi 2 Février 2019 à Lyon.

Un salut très chaleureux à toutes celles et à tous ceux qui partagent avec nous ce documentaire que nous avons réussi à réaliser avec l’amour, le soutien et beaucoup de travail solidaire de compas de ces latitudes. Un abrazo à tous ces compas qui résistent en prison et qui aujourd’hui rompent ces barreaux pour partager leurs expériences lors de ces rencontres. Merci pour la force que vous nous donnez.

Je m’appelle Mariana et même si nous ne nous connaissons pas personnellement, une partie de moi-même est déjà parvenue jusque dans vos terres grâce à ce documentaire. À travers ces quelques lignes je veux essayer de partager un peu avec vous la situation que nous vivons mon compagnon Miguel Peralta et moi-même, résultat de quatre années de prison et de procès judiciaires qui nous ont arraché notre liberté. Je pense que le documentaire est un matériel important qui permet d’ouvrir des espaces pour présenter les cas de compagnons qui sont encore en prison, mais également pour mettre en lumière comment cette prison nous submerge et est vécue par des gens comme nous, placé.e.s dans cette situation d’enfermement pour des raisons diverses.

Cela nous permet de rendre visibles les conséquences du système pénitentiaire au Mexique, qui est certainement très semblable partout ailleurs, mais également notre situation spécifique en tant que femmes, que ce soit en tant que mère, détenue/ex-prisonnière, compagne ou fille de prisonnier. J’aimerais donc vous parler d’abord du cas de Miguel, puis un peu plus de l’expérience que j’ai vécue dans cet accompagnement en tant que partenaire.

Il est l’un des sept prisonniers Mazatecas de l’Assemblée Communautaire d’Eloxochitlán de Flores Magón (1), une municipalité située dans la Sierra Mazateca de Oaxaca. Il est accusé, avec 35 autres membres de l’Assemblée, d’homicide aggravé et de tentative d’homicide sur la base d’une accusation fabriquée de toutes pièces, qui s’appuie sur sept témoignages contradictoires et peu crédibles. Le contexte dans lequel ils ont été accusés est le résultat d’un conflit sociopolitique que la communauté d’Eloxochitlán connaît depuis huit ans, pour avoir défendu ses formes d’organisation interne et d’élection des représentants, or un groupe de caciques a tenté d’imposer le système des partis politiques et a pillé nos ressources naturelles. L’Assemblée communautaire s’y est opposée et, de ce fait, le harcèlement, la répression, les déplacements forcés, la confiscation, la violence et la fabrication de crimes contre les personnes qui composent l’assemblée ont augmenté ces dernières années.

Cela a été constant jusqu’au 14 décembre 2014, date à laquelle l’Assemblée Communautaire, en collaboration avec le conseil municipal, a tenté d’organiser une assemblée pour élire un représentant traditionnel de la communauté, qui a été attaqué par le groupe de caciques faisant usage d’armes à feu et blessant 8 personnes, alors que le Conseil municipal arrêtait l’un des agresseurs, Manuel Zepeda Lagunas, fils de Manuel Zepeda Cortés, (l’un des principaux répresseurs). Celui-ci a été remis vivant aux autorités afin de poursuivre l’enquête correspondante. Quelques heures plus tard, ceux qui ont remis Manuel Zepeda Lagunas, y compris la police municipale et le président municipal (autorités élues par l’Assemblée), ont été arrêtés et transférés dans une prison à Oaxaca sans en connaître la raison. À partir de ce moment, des mandats d’arrêt, des déplacements forcés et des violences accrues contre les membres de la communauté ont commencé, accusés de la mort de Manuel Zepeda Lagunas (une mort encore incertaine, puisqu’il a été remis vivant aux autorités de l’état).

Il y a eu jusqu’à 14 détenus, mais il y en reste aujourd’hui 7, les autres ayant réussi à obtenir leur acquittement par différents moyens légaux lorsqu’il a été démontré que l’accusation était fausse et qu’il n’y avait aucune preuve pour les garder en prison. Au contraire, c’est une consigne politique de la part de la famille du cacique qui non seulement a du pouvoir au niveau local, mais qui est parvenu à faire élire la fille de Manuel Zepeda, Elisa Zepeda, la députée locale de MORENA (2), alors qu’elle est l’une des principales responsables de l’accusation portée contre les membres de cette Assemblée.

Miguel a été arrêté le 30 avril 2015 dans le District Fédéral et emmené dans une prison à Oaxaca, où il a été officiellement détenu et un mois plus tard, a été transféré dans un pénitencier qui se trouve à trois heures de sa ville. Il est enfermé pour purger 3 ans et 10 mois dans la prison de Cuicatlán et depuis son arrestation, nous avons dû passer par un processus juridique très compliqué, avec de nombreux obstacles, des audiences annulées parce que les témoins présumés ne se présentaient pas, le refus du tribunal de prendre en compte un certain nombre de documents pourtant conformes… Comme souvent dans ce type de cas, ce sont de nombreuses irrégularités et complications qui en réalité servent seulement à allonger les délais et jouer avec le délai légal pour repousser le procès. Jusqu’à ce que finalement, le 26 octobre 2018, après que Miguel eut entamé une grève de la faim de huit jours, le juge Juan León Montiel, en charge du procès, le condamne à 50 ans de prison et à 152 mille pesos mexicains de réparation (3). Face à cette sentence, sentence aux ordres, car il n’y a aucun élément pour qu’il soit considéré comme responsable des crimes qui lui sont imputés, le groupe d’avocats qui s’occupe de son cas, Los Otros Abogadoz, a fait appel de cette sentence, qui devra être examinée par la Cour supérieure de l’État de Oaxaca. Cet appel est l’action juridique que nous menons actuellement et nous avons également lancé un appel à la solidarité pour continuer à exiger la liberté de Miguel, nous vous invitons donc à lire la déclaration et à vous joindre à cet appel…

Je m’en tiendrai là concernant les motifs pour lesquels Miguel est détenu et je vais maintenant essayer de parler de l’expérience et de ce que l’accompagnement et la prison elle-même ont signifié pour moi. Pour reprendre le titre du documentaire Nos Robaron las Noches (Ils nous ont volé nos nuits), non seulement comme une métaphore, mais comme une petite partie de notre vie qui nous a été arrachée et qui nous a laissé un vide très profond dans notre être et notre faire, parce que ce trou, ce morceau de jour/de nuit, nous le portons en nous constamment, à tout moment, à chaque instant de notre vie quotidienne. Mais ce fossé présente de nombreuses nuances, qui dépendent de comment nous nous y confrontons, de la manière dont nous le comblons et surtout de la manière dont nous y faisons face.

Parce que nous ne sommes pas seulement confrontées aux implications du système carcéral (règles, horaires, humeurs, c’est-à-dire tout ce que les compagnonnes disent dans le documentaire) ; au système judiciaire (l’imposture des juges, du personnel des tribunaux, le retard dans les procès, les maux de ventre à cause de la rage qui nous submerge) ; mais aussi, et c’est ce qui a été pour moi beaucoup plus fort et douloureux, ce sont les critiques, accusations et questions que nous font les familles, les compas et les amis. Chaque jour, tout comme nos compagnons se battent à l’intérieur, nous, nous battons ici, débordant ces murs, nous nous battons aussi pour ne pas tomber, pour affronter nos propres amertumes et pour trouver des moyens d’avancer et de lutter malgré le fait que ton compagnon, ton partenaire, ne soit pas là, dans la rue, à côté de toi.

Il est très difficile d’affronter le fait que ton compagnon soit en prison, qu’il est déjà condamné à 50 ans, que la procédure judiciaire est très pernicieuse, qu’elle t’épuise, te confronte, te divise, parce que tu entres dans un espace-temps (celui dont parle Miguel dans ses écrits), qui est absorbant, qui te pompe et joue comme un yoyo avec les hauts et bas de tes émotions. Cette « Nuit volée » est une ABSENCE PRÉSENTE, c’est un trou profond, c’est une bataille constante qui, tout comme elle nous a été volée, chaque jour, sans cesse nous essayons de la retrouver.

Et dans ce cheminement pour récupérer ce qui nous a été arraché, je réaffirme dans des événements comme celui-ci, où vous partagez une partie de votre temps avec moi quand vous m’écoutez, dans des actions concrètes, vos encouragements, dans une étreinte réconfortante, que le SOUTIEN et la SOLIDARITÉ sont les clés pour résister et pouvoir affronter la prison, l’enfermement ; elles sont les clés qui vous tiennent en vie, déterminées, debout. Car si dans cette lutte les relations, les amitiés, les émotions sont fragmentées, d’autres relations aussi se tissent et se renforcent.

Voilà ce qu’est notre bataille quotidienne, essayer de renverser cette fragmentation, qui tente de nous briser, de nous contrôler, de nous paralyser, et parvenir à réinventer d’autres moyens qui nous permettent de nous lever et de continuer. Parce que oui,c’est un fait, le TEMPS-PRISON a des conséquences sur nous, sur notre santé physique et émotionnelle, dans notre relation avec notre compagnon, dans tous tes liens et dans ta propre intimité en tant que femme, mais aussi dans la solidarité et le soutien qui t’enveloppe, qui t’étreint et t’aide à affronter ces conséquences…

La détention, la prison, les murs, te font vivre une expérience très forte, rien d’agréable, qui te remplit de froideur, de colère, de beaucoup de rage, de tristesse, et qu’il en coûte énormément de l’affronter, car le temps passe et il y a toujours cette incertitude de ce qui va arriver ; mais il y a quelque chose de plus fort que cela, c’est l’espoir de leur arracher notre liberté et de récupérer ce qui nous a été volé, l’espoir que la prochaine fois que tu rentreras entre ces murs pour rendre visite à ton compagnon, ce sera la dernière, la dernière où tu mettras le pied dedans, parce que cette fois-ci, quand tu ressortiras, ton compagnon, Miguel, rentrera avec toi…

Salut et liberté !
À bas les murs de la prison !
Brûlons les murs de la prison !

Mariana
Trois mois après la sentence qui nous a été imposée.

[Oaxaca] Communiqué de femmes d’Eloxochitlán, pour la liberté de tous les comuneros prisonniers.

 

________________________

(1) Eloxochitlán de Flores Magón est le berceau de l’anarchiste mexicain Ricardo Flores Magón. C’est une commune d’environ cinq mille habitants qui se trouve dans la région appelée Cañada, dans l’État d’Oaxaca au Mexique. Comme les deux tiers des communes de l’État d’Oaxaca, elle est régie par le système des « us et coutumes indigènes » dont l’Assemblée est l’organe de prise de décisions s’opposant aux partis politiques. À la différence d’autres communes de l’État d’Oaxaca, à Eloxochitlán, les femmes participent aussi à la prise de décisions.

(2) Le Mouvement de Régénération Nationale (MORENA) est un parti politique mexicain de centre gauche, créé en 2011 à l’initiative d’Andrés Manuel López Obrador, le président du Mexique depuis le 1 er décembre 2018.

(3) L’équivalent de 7000 Euros environ

Traduction :  Amparo, Ju, les trois passants

Nos Robaron las Noches, Mujeres ante la carcel ( Projet )

 

[Lyon] Projection-discussion sur les luttes contre la taule le samedi 2 Février 2019

Posted in anti-carcéral, événements, Des femmes face à la prison, femmes prisonnières, prisonnier-e-s de la guerre sociale. on 18 janvier 2019 by liberonsles

Samedi 2 Février, la Petite cuillère, l’émission contre toutes les prisons, vous invite à une projection puis une discussion autour du documentaire « Ils nous ont volé nos nuits » (Nos Robaron las Noches).

« Ils nous ont volé nos nuits » est un documentaire sur 11 femmes mexicaines : ex-prisonnières, mères, compagnes, filles de prisonnier.ères, réalisé par le collectif Les trois passants (68 min).

La projection du film sera suivie d’une discussion avec des meufes concernées par la prison : ex-prisonnières, mères, compagnes, filles de prisonnier.ères. Et la soirée se terminera par un apéro, qui servira à financer les défraiements des invitées et la cantine des prisonnier.ère.s.

Nous organisons cette projection/débat pour permettre de visibiliser les luttes dans les taules : qui est touché par l’enfermement, comment cela agit sur les corps et les dynamiques collectives pour y réfléchir ensemble, publiquement, loin des micros FM pour nous donner la niaque de continuer l’émission et s’enrichir réciproquement.

A l’Atelier des Canulars

91 rue Montesquieu, Lyon 7

à partir de 15h30

« Ils ont volé nos nuits »: tourné au Mexique en octobre 2016, ce documentaire est un outil de lutte anti-carcérale et contre l’oubli. Ex-prisonnières, compagnes solidaires, mères de famille ou camarades y racontent la manière dont la taule s’empare de leurs vies. Elles y parlent de la détention, des violences sexuelles, du sexisme à l’intérieur et hors des murs, de la stigmatisation en tant que proches de personnes incarcérées, mais aussi de leurs manières de s’organiser et de tisser des réseaux de solidarité.

Et que fait l’émission anticarcérale La petite cuillère, produite dans les studios de Radio Canut 102.2 FM de Lyon ? Elle tente de créer de la solidarité avec les personnes incarcérées, de relayer les luttes à l’intérieur de la prison et à l’extérieur, de faire passer des messages des proches, de relayer la parole des prisonnier.ère.s, de contre-carrer les discours dominants qui diffusent principalement la parole des matons, à travers l’outil radiophonique. (plus d’infos sur : https://blogs.radiocanut.org/petitecuillere/)

[Saint Etienne] Projection « ILS NOUS ONT VOLÉ NOS NUITS » 29/01/2019

Posted in anti-carcéral, événements, Des femmes face à la prison, femmes prisonnières on 15 janvier 2019 by liberonsles

Projection à 20h30

MARDI 29 JANVIER 2019 :

« ILS NOUS ONT VOLÉ NOS NUITS » (Les 3 Passants / 68mn)

19H00 / Entrée Libre / Adh. Prix Libre

LA GUEULE NOIRE – Espace Autogéré – Saint Etienne

+ Buffet Vegan

la gueule noire

 

 

[Barcelona] Documental “Nos robaron las noches” i xerrada-debat, molt acompanyades. 22/12/2018

Posted in anti-carcéral, événements, femmes prisonnières, Prisonnier-e-s de droit commun en lutte on 7 décembre 2018 by liberonsles

Dissabte 22 de desembre a les 11:30h – DONES I PRESÓ.

ATENEU POPULAR ARREPLEGADES
C/ García Lorca, 7
08860 Castelldefels (Barcelona)

Documental “Nos robaron las noches” i xerrada-debat, molt acompanyades. 

La dona a presó, històricament, mai ha estat una prioritat dins del sistema penitenciari. Avui en dia encara ens trobem amb una institució penitenciària dissenyada i pensada només per a homes, que no dona visibilitat a les dones empresonades i que és incapaç de donar una resposta efectiva a la seva realitat. El dret penitenciari es troba habitualment enfocat cap a la població reclusa masculina, efecte directe del sistema patriarcal en el qual ens trobem immerses i del que emana l’àmbit policial, judicial, legal i per tant, també el penitenciari. Les polítiques penitenciàries estan pensades i dissenyades per als homes i s’apliquen a les dones sense uns canvis i/o adaptacions per a elles i sense pensar en si són eficaces en quant a la qualitat de vida, al benestar i la reinserció es refereix.

Nos robaron las noches és un documental col·lectiu realitzat a Mèxic a l’octubre de 2016 sobre la lluita anticarcelària de les dones empresonades. Projecte autogestionat i autofinanciat amb mitjans propis, a través del qual ens aproparem a la realitat d’onze dones  que expliquen les seves vivències i lluita dins la presó, i com aquesta experiència, amb el pas del temps, les porta a adoptar una postura anticarcelària.

XERRADA/DEBAT AMB:

Mónica, Membre Ex Cassandra, i actualment Clivella
Laura Delgado, Criminologa Investigadora del Dep. De Dret Penal de la UNED
Gracia Amo, de Familias de Presos i Preses de Catalunya
Aina, Mare de la Claudia, morta a la presó

ESPAI DE CARTEIG: PORTA MATERIAL PER ESCRIURE, SOBRE, SEGELL…

Hi haurà un espai disponible per poder escriure. El deixarem obert uns dies desprès de la trobada per poder escriure el que sentim i ens agradaria dir a dones preses.

ATENEU POPULAR ARREPLEGADES

 

[Barcelona] II Diciembre Anticarcelario 2018

Posted in anti-carcéral, événements, prisonnier-e-s de la guerre sociale., prisonnier-e-s en lutte on 6 décembre 2018 by liberonsles

II DICIEMBRE ANTICARCELARIO

Els propers dissabtes 8, 15 i 22 de desembre hi haurà cinedocumental, xerrades i sopadors. Tots els beneficis es destinaran a la marxa a presons del 31 de desembre.

No hi falteu!

Cinètika

[Tarragona] Jornada anticarcerària : 1 de desembre 2018

Posted in anti-carcéral, événements, Des femmes face à la prison, femmes prisonnières on 1 décembre 2018 by liberonsles

Aquí presentem la jornada anticarcerària que es prepara a l’Ateneu Llibertari Alomà de Tarragona per aquest dissabte dia 1 de desembre.

A la jornada tindrem el plaer de conèixer a aquest nou col·lectiu anticarcerari i el seu treball. També es farà un taller de carteig a presxs, projecció del docu “Nos robaron las noches”, poesies per alliberar-se i molt més…

Força, salut i anarquia pels Grups de Suport a Presxs!!!!!!!!!!!!!

Ens veiem dissabte a les 18h!

suportpresxslleida

[Lleida – Catalunya] 10 de novembre 2018, jornada anticarcerària !

Posted in anti-carcéral, Archives, événements, compas anarquistas, Des femmes face à la prison, femmes prisonnières on 5 novembre 2018 by liberonsles

Dissabte 10 de novembre 2018, jornada anticarcerària!

Biblioteca Anarquista Maria Rius

carrer Corts catalanes, 79 de Lleida.

El 10 de novembre organitzem a Lleida una jornada per anar calentant motors de cara a la VI Marxa de torxes contra la presó de Ponent.

Començarem a les 12’30 amb un taller d’escriptura a presxs, i al acabar hi haurà un deliciós dinar per 5 euros (els beneficis aniran destinats a la preparació de la VI Marxa). Seguirem a les 16’30 amb una performance contra les cel·les d’aïllament i per acabar el dia passarem el documental « Nos robaron las noches », un treball casolà i col·lectiu realitzat a Mèxic l’octubre del 2016 on diferents dones donen testimoni de com la presó s’apodera de les seves vides.

Us esperem a totes! Ni presxs ni presons!

https://suportpresxslleida.noblogs.org/

Grup de Suport a Presxs de Lleida

____

17 de novembre 2018

Jornada: PARLEM DE LA PRESÓ

A Can Batlló

CLIVELLA, col·lectiu de suport a persones preses

programa:

12:00. Apertura y presentación de la jornada.

12:15. Charla: Desatención sanitaria. A cargo de ponentes de distintos colectivos

14:30. Comida (vegana)

16:00. Pase de documentales (en distintos espacios):

COPEL: Una historia de rebeldía y dignidad.
“Después de 40 años de silencio, un grupo de antiguos componentes de la COPEL hemos decidido contar su historia, la de la intervención autoorganizada en la “Transición española a la democracia” de los presos sociales, para que se respetara nuestra condición de personas incluyéndonos en la amnistía.”

Nos Robaron las Noches (Los Trois Passants).
Documental colectivo realizado en Mexico en Octubre del 2016, como herramienta de lucha anticarcelaria. Un documental casero, hecho con medios propios, por personas solidarias y no especialistas. En este documental, 11 mujeres dan testimonio de la forma en que la cárcel se apodera de sus vidas; discriminaciones sistemáticas, roles asignados, apropiación del cuerpo. Ellas nos expresan sus vivencias, sus luchas y como con el paso del tiempo, llegan a una postura anticarcelaria.

18:00. Debate moderado por Clivella: Alternativas al sistema punitivo.

20:30. Cena: pizzas artesanas.

A partir de las 22:00 música en directo + DJ!!

 

[MÓSTOLES – MADRID] 14 DE JULIO, CSO LA CASIKA : Jornada anticarcelaria, organizada por familias frente a la crueldad carcelaria

Posted in anti-carcéral, événements, Des femmes face à la prison, femmes prisonnières, prisonnier-e-s en lutte on 10 juillet 2018 by liberonsles

SÁBADO, 14 DE JULIO 2018
CSO LA CASIKA
C./ MONTERO, 15 PRADILLO
MÓSTOLES – MADRIZ

15:00 horas – Excelente comida a base de migas con pisto y un riquísimo gazpacho.

16:30 horas – Proyección del documental anticarcelario “Nos robaron las noches” (Duración 1h10), realizado en México en 2017. Se trata de una herramienta de lucha anti-carcelaria. Se llevó adelante con medios propios, por personas solidarias y no especialistas. “Nos robaron las noches” fue posible gracias a la complicidad de 11 mujeres : expresas, madres, compañeras e hijas de presos, así como a la participación de La Voz de los Zapotecos Xiches en Prisión de Oaxaca; del Grupo de Trabajo no Estamos todxs de Chiapas, de la Cruz Negra Anarquista de México y del grupo de Les trois passants (Los tres caminantes) de Toulouse.

18:00 horas – Nuestra compañera Pastora González (madre de Xosé Tarrío) presentará nuestro proyecto « Familias frente a la crueldad carcelaria » y nos hablará de su experiencia de mas de dos décadas de lucha contra las prisiones. Se proyectará el documental “Antimulleres”.

19:00 horas – “Mujeres Encarceladas. Análisis Crítico Feminista”, ponencia a cargo de la trabajadora social y profesora, Ana López Cano, desde una amplia perspectiva feminista.

20:30 horas – RIQUÍSIMA CENA DE VERANO

Y, a partir de las 21 Horas – ¡¡¡CONZIERTAZO PARA TODXS VOSOTRXS!!! ¡¡¡ Contaremos con la presencia de VINI EFECTOS, con su potente rumba punk que no nos dejará indiferentes!!!

Familias frente a la crueldad Carcelaria

[Bagnolet] Mardi 26 juin : Projection du documentaire « Ils nous ont volé nos nuits »

Posted in anti-carcéral, événements, Des femmes face à la prison, femmes prisonnières, prisonnier-e-s en lutte on 22 juin 2018 by liberonsles

Mardi 26 juin 2018 à 19h00
Le Rémouleur
106, rue Victor Hugo
93170 Bagnolet
(M° Robespierre ou M° Gallieni)

Le Rémouleur

Projection du documentaire

« Ils nous ont volé nos nuits » 

Des femmes face à la prison

(Espagnol, sous-titré français, 70 min.)

Echanges, infokiosques et apéro

Filmé au Mexique en octobre 2016, ce documentaire collectif est un outil de lutte anti-carcérale. Ex-prisonnières, compagnes solidaires, mères de famille ou camarades, 11 femmes y racontent la manière dont la taule s’empare de leurs vies. Elles y parlent de la détention, des violences sexuelles, du sexisme à l’intérieur et hors des murs, de la stigmatisation en tant que proches de personnes incarcérées, mais aussi de leurs manières de s’organiser et de tisser des réseaux de solidarité. Les vécus des femmes faisant face à la prison sont souvent invisibilisés, ceux des prisonnièr.e.s trans, pédés et gouines le sont aussi. Nous aurons l’occasion d’en discuter & voulons rendre visibles les luttes contre toutes les prisons et ce qui les produit.

[Genève] Mardi 19 juin : Projection du documentaire « ILS NOUS ONT VOLÉ NOS NUITS »

Posted in anti-carcéral, Archives, événements, Des femmes face à la prison, femmes prisonnières on 16 juin 2018 by liberonsles

« Ils nous ont volé nos nuits » [ Nos robaron las noches ]

Au fil du temps nous avons observé la lutte incessante, la résistance et le travail que mènent les femmes dans et hors les prisons, comme tisserandes de la mémoire contre l’oubli, mais aussi comme porteuses d’une lutte infatigable contre le système judiciaire et pénitentiaire. Cependant, et y compris dans nos propres espaces leur existence et leur combat sont méconnus. C’est pourquoi, dans ce documentaire, sans fabriquer une vision innocentante et victimisante, nous avons ouvert un espace de paroles à ces femmes confrontées à l’enfermement, à l’humiliation, à la maltraitance du corps, à la torture sexuelle, au harcèlement, à la stigmatisation et à l’hypothétique “justice”. Elles nous rappellent la valeur de la lutte, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des geôles. Nous en parlerons ensemble. Lire la suite