Archive for the prisonnier-e-s en lutte Category

[Köln-Deutschland] « Nos robaron las noches » – « Sie haben uns die Nächte gestohlen »

Posted in anti-carcéral, compas anarquistas, Des femmes face à la prison, prisonnier-e-s en lutte on 27 mai 2019 by liberonsles

« Nos robaron las noches » – « Sie haben uns die Nächte gestohlen » (70 Minuten) – Film & Infoveranstaltung zur Lage anarchistischer Gefangener in Mexiko.

In diesem kollektiven Dokumentarfilm, gedreht in Mexiko in den Jahren 2016 und 2017, berichten 11 Frauen darüber, wie das Gefängnis sich ihrer Leben bemächtigt : systematische Diskriminierung, Rollenzuschreibungen, die Aneignung ihrer Körper… Sie erzählen uns von ihren Erfahrungen, von ihren Kämpfen und davon, wie sie mit dem Laufe der Zeit eine Anti-Knast-Haltung einnehmen.

Im Anschluss an den Film wollen wir kurz über die Situation zweier anarchistischer Gefangener berichten, die derzeit in Mexiko im Knast sitzen und zu langen Haftstrafen verurteilt wurden. Miguel Peralta und Luis Fernando Sotelo. Vor allem sollen aber die Frauen im Film zu Wort kommen.

Autonomes Zentrum Köln

[Salamanca] XXIII Jornadas de la Marcha a la Cárcel de Topas – 2019

Posted in anti-carcéral, Archives, événements, compas anarquistas, femmes prisonnières, prisonnier-e-s en lutte on 1 avril 2019 by liberonsles

Marcha a Topas es un colectivo anticarcelario de Salamanca que desde hace 23 años organiza unas jornadas en contra de las prisiones y la marcha a la cárcel de Topas a finales de marzo o principios de abril. En el marco de estas jornadas se proyectará el documental : “Nos robaron las noches” « En este documental, realizado en México, 11 mujeres dan testimonio de la forma en que la cárcel se apodera de sus vidas : discriminaciones sistemáticas, roles asignados, apropiación del cuerpo… Ellas nos expresan sus vivencias, sus luchas y cómo con el paso del tiempo, llegan a una postura anti-carcelaria. » Sábado 6 de abril 2019 a las 20:00h en la Sala Mujeres Libres, C/ Perez Oliva, 2, Salamanca.

XXIII Jornadas de la Marcha a la Cárcel de Topas del 31 de marzo al 7 de abril 2019:
Programa XXIII Marcha a Topas

Voir – Projet – Rencontres / « Ils nous ont volé nos nuits » (2017 -2019)

[Barcelona] II Diciembre Anticarcelario 2018

Posted in anti-carcéral, événements, prisonnier-e-s de la guerre sociale., prisonnier-e-s en lutte on 6 décembre 2018 by liberonsles

II DICIEMBRE ANTICARCELARIO

Els propers dissabtes 8, 15 i 22 de desembre hi haurà cinedocumental, xerrades i sopadors. Tots els beneficis es destinaran a la marxa a presons del 31 de desembre.

No hi falteu!

Cinètika

[MÓSTOLES – MADRID] 14 DE JULIO, CSO LA CASIKA : Jornada anticarcelaria, organizada por familias frente a la crueldad carcelaria

Posted in anti-carcéral, événements, Des femmes face à la prison, femmes prisonnières, prisonnier-e-s en lutte on 10 juillet 2018 by liberonsles

SÁBADO, 14 DE JULIO 2018
CSO LA CASIKA
C./ MONTERO, 15 PRADILLO
MÓSTOLES – MADRIZ

15:00 horas – Excelente comida a base de migas con pisto y un riquísimo gazpacho.

16:30 horas – Proyección del documental anticarcelario “Nos robaron las noches” (Duración 1h10), realizado en México en 2017. Se trata de una herramienta de lucha anti-carcelaria. Se llevó adelante con medios propios, por personas solidarias y no especialistas. “Nos robaron las noches” fue posible gracias a la complicidad de 11 mujeres : expresas, madres, compañeras e hijas de presos, así como a la participación de La Voz de los Zapotecos Xiches en Prisión de Oaxaca; del Grupo de Trabajo no Estamos todxs de Chiapas, de la Cruz Negra Anarquista de México y del grupo de Les trois passants (Los tres caminantes) de Toulouse.

18:00 horas – Nuestra compañera Pastora González (madre de Xosé Tarrío) presentará nuestro proyecto « Familias frente a la crueldad carcelaria » y nos hablará de su experiencia de mas de dos décadas de lucha contra las prisiones. Se proyectará el documental “Antimulleres”.

19:00 horas – “Mujeres Encarceladas. Análisis Crítico Feminista”, ponencia a cargo de la trabajadora social y profesora, Ana López Cano, desde una amplia perspectiva feminista.

20:30 horas – RIQUÍSIMA CENA DE VERANO

Y, a partir de las 21 Horas – ¡¡¡CONZIERTAZO PARA TODXS VOSOTRXS!!! ¡¡¡ Contaremos con la presencia de VINI EFECTOS, con su potente rumba punk que no nos dejará indiferentes!!!

Familias frente a la crueldad Carcelaria

[Oaxaca] Miguel Peralta : Déclaration solidaire avec les prisonnie·eres anarchistes de longue peine.

Posted in anti-carcéral, Communiqués, compas anarquistas, prisonnier-e-s en lutte on 2 juillet 2018 by liberonsles

11 juin 2018 : Journée internationale de solidarité avec tout·es les prisonnie·eres anarchistes de longue peine.

Déclaration solidaire de Miguel Peralta Betanzos (Prisonnier de l’Assemblée Communautaire d’Eloxochitlán de Flores Magón, Oaxaca, Mexique)

Traduction de l’Audio de Miguel en espagnol

Salutations à tous les compas qui permettent de transmettre ces paroles sincères.

Il n’est en rien facile de faire mention de ces deux grands mots, LONGUE PEINE, quand d’avance nous savons que leurs systèmes de justice et pénitentiaire ne servent à rien ; le système judiciaire et les personnes néfastes qui dissimulent leur visage derrière la balance, avides de chair à enfermer, tergiversent et fabriquent des expédients poussiéreux pour la justice en se basant à chaque fois sur des critères personnels, moraux et sur commande, pour condamner les compas qui sont en lutte contre l’ordre établi.

De la même manière, il est très compliqué d’assimiler le temps quand on se trouve à l’isolement, et nous ne pouvons pas seulement nous arrêter de vivre en regardant comment passent les jours, les mois, les années du calendrier, et supporter l’humiliation, combattre les peurs générées par la prison, les maladies que nous contractons au fil des jours, et rechercher des alternatives, improviser la résistance pour ne pas se retrouver « la botte sur le cou » tous les jours, tout ceci est, pareillement, une tâche difficile.

La réponse à ce qui nous est imposé pourrait être une résistance accrue, une longue lutte, bien que parfois nous n’ayons plus de forces. Je crois que notre esprit résistera et se maintiendra battant, comme battent nos cœurs enragés, désireux de marcher, libres ! Un jour nous réussirons à leur arracher les nuits et les jours qu’ils nous ont  volés, compañer@s.

Les prisonniers dans la rue !
À bas les murs de toutes les prisons !

San Juan Bautista Cuicatlan, Oaxaca

 

Traduit par Ju

Miguel Ángel Peralta Betanzos est un jeune indigène mazatèque, anarchiste et membre de l’Assemblée Communautaire d’Eloxochitlán de Flores Magón, Oaxaca. Le jeudi 30 avril 2015, vers 5 heures et demi de l’après-midi, Miguel Ángel Peralta Betanzos, a été arrêté au centre-ville de Mexico. Plus d’infos

 

Dernière lettre (texte)

[Oaxaca] Miguel Betanzos : Quelques reflexions sur les changements physiques et émotionnels en prison

 

 

[Bagnolet] Mardi 26 juin : Projection du documentaire « Ils nous ont volé nos nuits »

Posted in anti-carcéral, événements, Des femmes face à la prison, femmes prisonnières, prisonnier-e-s en lutte on 22 juin 2018 by liberonsles

Mardi 26 juin 2018 à 19h00
Le Rémouleur
106, rue Victor Hugo
93170 Bagnolet
(M° Robespierre ou M° Gallieni)

Le Rémouleur

Projection du documentaire

« Ils nous ont volé nos nuits » 

Des femmes face à la prison

(Espagnol, sous-titré français, 70 min.)

Echanges, infokiosques et apéro

Filmé au Mexique en octobre 2016, ce documentaire collectif est un outil de lutte anti-carcérale. Ex-prisonnières, compagnes solidaires, mères de famille ou camarades, 11 femmes y racontent la manière dont la taule s’empare de leurs vies. Elles y parlent de la détention, des violences sexuelles, du sexisme à l’intérieur et hors des murs, de la stigmatisation en tant que proches de personnes incarcérées, mais aussi de leurs manières de s’organiser et de tisser des réseaux de solidarité. Les vécus des femmes faisant face à la prison sont souvent invisibilisés, ceux des prisonnièr.e.s trans, pédés et gouines le sont aussi. Nous aurons l’occasion d’en discuter & voulons rendre visibles les luttes contre toutes les prisons et ce qui les produit.

[Oaxaca] La lutte pour l’autonomie à Eloxochitlán de Flores Magón (deuxième partie)

Posted in Fanzines, Oaxaca, prisonnier-e-s en lutte on 31 mai 2018 by liberonsles

Eloxochitlán de Flores Magón est le berceau de l’anarchiste mexicain Ricardo Flores Magón. C’est une commune d’environ cinq mille habitants qui se trouve dans la région appelée Cañada, dans l’État d’Oaxaca. Comme les deux tiers des communes de l’État d’Oaxaca, elle est régie par le système des us et coutumes ou système normatif des communautés indigènes. À la différence d’autres communes de l’État d’Oaxaca, à Eloxochitlán, les femmes participent aussi à la prise de décisions.

Depuis 2010, suite à l’intervention des partis politiques, un conflit social qui oppose deux positions diamétralement opposées, s’est fait jour dans la vie quotidienne de la communauté. D’un côté se trouvent ceux qui considèrent que les partis politiques doivent rester à l’écart de la prise de décisions, puisque traditionnellement l’assemblée communautaire est l’espace pour élire les autorités. De l’autre côté se trouvent ceux qui ont ouvert les portes aux partis, mettant en place des pratiques comme la coercition ou l’achat de votes, ce qui représente une violation des us et coutumes.

Ce conflit a affecté profondément la communauté; tortures, emprisonnements et déplacement forcé ne sont que quelques unes des blessures qu’a dressé un mur de douleurs entre les habitants d’Eloxochitlán, qui depuis 2010 et jusqu’au jour d’aujourd’hui continuent de lutter pour obtenir justice, là même qui semble, comme dans la plupart du territoire mexicain, être absente ou en faveur d’une seule des parties.

Ce qui suit est la deuxième partie* d’un article qui reprend le déroulement chronologique de certains des éléments clés qui ont marqué le développement de ce conflit.

Cliquez sur l’image pour télécharger le fanzine

La lutte pour l’autonomie à Eloxochitlán de Flores Magón (première partie)

_____

*La lucha por la autonomía en Eloxochitlán de Flores Magón (2 de 2) Por Rafael Camacho,

* Ricardo Flores Magon, récopilation de textes – Bibliothèque Anarchiste ici

__________

Miguel Ángel Peralta Betanzos est un jeune indigène mazatèque, anarchiste et membre de l’Assemblée Communautaire d’Eloxochitlán de Flores Magón, Oaxaca. Le jeudi 30 avril 2015, vers 5 heures et demi de l’après-midi, Miguel Ángel Peralta Betanzos, a été arrêté au centre-ville de Mexico. Plus d’infos

Dernière lettre (texte)

[Oaxaca] Miguel Betanzos : Quelques reflexions sur les changements physiques et émotionnels en prison

[Compostela] Ardora apresenta: Mulheres contra o cárcere. 16 de maio 2018

Posted in anti-carcéral, Des femmes face à la prison, femmes prisonnières, prisonnier-e-s en lutte on 12 mai 2018 by liberonsles

http://ardoraeditora.info/

O próximo dia 16 de maio, quarta-feira, no CSA do Sar contaremos com o grupo anti-carcerário Les trois passants (Toulouse) que às 19:00h apresentaram o documentário «Nos robaron las noches» e despois terá lugar um encontro e debate com Pastora do coletivo Familias frente a la crueldad carcelaria e Les trois passants, realizadoras do documentário. Para rematar a jornada faramos um ceador pra intentar cubrir os gastos.

Aqui vai descriçom do documentário e da atividade: Lire la suite

[València] 12 de maig. Mujeres contra la cárcel: reflejos, vivencias y luchas.

Posted in Actions, anti-carcéral, événements, compas anarquistas, Des femmes face à la prison, femmes prisonnières, prisonnier-e-s de la guerre sociale., prisonnier-e-s en lutte on 9 mai 2018 by liberonsles

12 de maig. 2018

El CSOA L’Horta

es troba al final del Carrer de Diógenes Lopez Mecho

junt a la Plaça Tretze Roses, a Benimaclet.

https://horta.noblogs.org/

11h00 Concentración a las puertas del CP de PICASSENT

17h00 – Proyección del documental anticarcelario “Nos robaron las noches” (Duración 1h10)

Documental colectivo, se realizó en México en octubre del 2016 y se terminó en abril del 2017, se trata de una herramienta de lucha anti-carcelaria.

Es un documental realizado con medios propios, por personas solidarias y no especialistas. Su realización fue posible gracias a la complicidad de 11 mujeres : expresas, madres, compañeras e hijas de presos, así que a la participación de La Voz de los Zapotecos Xiches en Prisión de Oaxaca; del Grupo de Trabajo no Estamos todxs de Chiapas, de la Cruz Negra Anarquista de México y del grupo de Les trois passants (Los tres caminantes) de Toulouse.

18h15 – Presentación y debate a cargo de los colectivos Les Trois Passants y Familias Frente a la Crueldad Carcelaria. Lucha anticarcelaria de las mujeres entre Mexico y el Estado Español.

20h30 – Cena vegana a la voluntad y conciertazo:

· X-Tencil (Hardcore-Punk from Xativa)

· Brönte (Dramacore from Valencia)

· Las Ravachulas (Petardeo político marika)

Beneficios para el colectivo Anticarcelario Tokata
http://tokata.info/

Lire la suite

[Depuis la prison Sud- Mexico] Lettre de Luis Fernando Sotelo

Posted in anti-carcéral, Archives, Communiqués, Fanzines, prisonnier-e-s de la guerre sociale., prisonnier-e-s en lutte, Ville de Mexico on 20 décembre 2017 by liberonsles

Lettre de Luis Fernando Sotelo
Envoyé par la Croix noire anarchiste de México
11 décembre 2017

Depuis la prison Sud du DF

À ceux et celles qui résistent aux stratégies et aux dispositifs du pouvoir capitaliste.

Aux compagnonnes du monde qui se rebellent et refusent d’accepter les formes de domination.

M’appuyant sur la réciprocité qui, je crois, est à la base de la solidarité véritablement révolutionnaire, je veux partager un chapitre de ma vie et y ajouter une réflexion, bien qu’étant toujours derrière les grilles de la prison, ici face aux bureaux de l’appareil judiciaire, bras de l’État, où la défense de la liberté pour la justice n’est de fait qu’un commerce de valeurs économiques.

Je vais donc vous raconter : aux environs de midi, sans surprise, j’entends le coursier « estafeta » (individu, lui aussi détenu, chargé de présenter les tickets de circulation interne, qui permettent de se rendre aux tribunaux).

Il se met à crier mon nom, je sais alors que je vais recevoir des nouvelles de la quatrième chambre du tribunal pénal et que celle-ci a déjà émis une nouvelle sentence. La notification m’est donnée à travers les grilles du tribunal n° 32. La personne qui me lit le verdict est, je suppose puisqu’il ne s’est pas identifié, secrétaire. Je n’ai vu que lui.

La sentence a été modifiée : la condamnation pour atteinte à la propriété a été supprimée, la seule de toutes ces forces juridiques du cirque de privilégiés patronaux. Cela ne m’enlève donc approximativement que neuf années, en insistant sur le fait que l’on me demande une somme supérieure à huit millions de pesos mexicains pour sortir dès aujourd’hui, si tel est « mon désir », et effectuer le reste de la peine, vingt mois, en conditionnelle.

En somme, on me condamne disant que je suis « pénalement coupable des délits de troubles à l’ordre public et d’attaques aggravées aux voies de communication », et l’on m’« impose une peine de 4 ans 8 mois et 7 jours de prison avec une amende de 71 865,72 pesos mexicains (3,151 euros environ)  ». Je suis condamné au paiement pour réparations de dommages matériels et l’on me « concède la peine substitutive à la détention par le Traitement en Liberté » ; en résumé, le bénéfice de la suspension conditionnelle de la peine est lié à la réparation préalable des dommages (qui est de huit millions de pesos mexicains si je comprends bien) ainsi qu’une caution de 20,000 pesos. (1000 euros environ). Lire la suite