Liberté pour Mario González! Halte au harcèlement contre Nuria Ramírez !

libertémain
Depuis l’Europe nous exigeons que cesse le harcèlement contre Nuria Roxana Ramírez, activiste et compagne de Mario González, prisonnier depuis le 2 octobre 2013. Nous exigeons également la libération immédiate de Mario !

Les collectifs européens, ci-dessous, annexent leurs signatures en soutien au communiqué de solidarité avec Nuria Roxana Ramírez émis depuis le Mexique. Nuria est la compagne de Mario González, harcelée par le Gouvernement de la Ville de Mexico et criminalisée par les médias de désinformation capitalistes, qui diffusent des mensonges en permanence. Nous exigeons en même temps la libération immédiate de Jorge Mario González García, et nous restons attentifs à la résolution du deuxième tribunal collégial en matière pénale du premier circuit du pouvoir judiciaire de la fédération, à propos de son recours (Amparo).

23 juin 2014

Nous exprimons notre préoccupation et notre rejet des accusations du Gouvernement de la Ville de Mexico à l’encontre de notre compañera Nuria Roxana Ramírez. Les fonctionnaires du gouvernement ont signalé à plusieurs médias que Nuria était parfaitement identifiée comme l’une des personnes ayant pris part à la manifestation du jeudi 12 juin 2014, lors d’un événement qui a eu lieu au Centre des Droits de l’Homme de la Ville de Mexico (CDHDF) et auquel participait Miguel Ángel Mancera, le maire de la ville. Les fonctionnaires ont même donné à la presse le nom complet de Nuria, qui est la compagne de Jorge Mario González García, emprisonné et torturé par le Gouvernement de la Ville de Mexico (GDF) le 2 octobre dernier, et qui se trouve actuellement hospitalisé dans la tour médicale de Tepepan.

Ceci est d’autant plus inquiétant que, dimanche 15 juin, Héctor Serrano Cortés, le secrétaire du Gouvernement de la Ville de Mexico affirmait l’existence d’enquêtes préliminaires menées par le Bureau du Procureur Général de Justice du District Fédéral (de la Ville de Mexico) – PGJDF – contre les personnes ayant participé à cette manifestation, lançant ainsi une menace contre notre compañera Nuria.

Face à ces faits, nous tenons à faire savoir que les accusations contre Nuria Ramírez sont totalement fausses, et que même les personnes à l’initiative de la manifestation nient catégoriquement que Nuria y ait participé. À ce propos, plusieurs médias ont corrigé l’information fournie par le Gouvernement de la Ville de Mexico qui, malgré tout, insiste sur l’accusation.

Pour notre part, nous affirmons clairement que, le même jour et à la même heure, Nuria se trouvait au Forum contre la répression à l’Université Autonome Métropolitaine de Mexique siège Xochimilco, ce que prouve une vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=DArPVxhdPkM.

Ce n’est pas par hasard, ni par erreur, que le Gouvernement de la Ville de Mexico lance des accusations contre notre compañera Nuria. Il tente en effet de lui attribuer des comportements qui peuvent être utilisés, plus tard, pour exercer des actions répressives à son encontre. C’est là, très clairement, la stratégie habituelle du Gouvernement de la Ville de Mexico, comme il l’a déjà montré avec Mario, Luna Flores et d’autres activistes considérés comme dangereux à cause d’actes créés de toutes pièces par les autorités, dans des circonstances où les compañeros en question n’étaient même pas présents.

Nous affirmons également que le fait d’exprimer son désaccord, de protester ou de  manifester est un droit, et que personne ne peut être poursuivi, emprisonné ou harcelé pour ces faits ni, de même, pour afficher une quelconque position politique. Le discours de violence qu’utilise le Gouvernement de la Ville de Mexico essaie de justifier la véritable violence érigée en mode de gouvernement par le gouvernement lui-même sur la société en général et à l’égard des mouvements sociaux en particulier, comme il l’a été clairement démontré lors de la répression exercée contre les manifestants à partir du 1er décembre 2012.

L’entreprise de diffamation du Gouvernement de la Ville de Mexico à l’égard de Mario González a atteint sa compagne et les personnes proches qui ont dénoncé la politique répressive de ce gouvernement, et qui luttent continuellement pour la libération de Mario. Nous, les signataires de cette lettre, reconnaissons l’importance du travail de notre compañera Nuria pour arriver à obtenir la libération de Mario, et rendons le Gouvernement de la Ville de Mexico responsable de tout type de représailles ou d’atteinte à l’intégrité physique et morale de Nuria Ramírez. Nous exigeons des excuses publiques et un éclaircissement dans ce sens. De plus, le Gouvernement de la Ville de Mexico doit assumer sa responsabilité dans l’arrestation arbitraire et injustifiée de Mario González.

Liberté immédiate pour  Mario González!
Halte à la répression et au harcèlement contre Nuria Ramírez!
Halte à la persécution et diffamation des militant-e-s sociaux !

-Associació Solidaria Cafè Rebeldía-Infoespai – Barcelona, Catalunya
-Caracol Solidario, Besançon, France
-Caracol Zaragoza (Estado español)
-CSPCL, Paris, France
-Fédération anarchiste (France, Suisse, Belgique)
-Gruppe B.A.S.T.A., Munster, Allemagne
-Internationale des Fédérations anarchistes (IFA)
-La Pirata :  Nodo Solidale, Italie et Mexique,
Collettivo Zapatista de Lugano, Nomads Bologna et Berlin,
Adhérents individuels
-Les trois passants, Paris, France
– Mut Vitz 13 Marseille, France
– The UK Zapatista Solidarity Network:
Dorset Chiapas Solidarity Group
Edinburgh Chiapas Solidarity Group
Kiptik (Bristol)
London Mexico Solidarity Group
Manchester Zapatista Collective
UK Zapatista Arts, Culture and Education Collective
UK Zapatista Translation Service
Zapatista Solidarity Group – Essex University

Source en espagnol

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :